Nouvelles

20. mai, 2022

Le gouverneur de l’Ituri, le général Johnny Luboya s’est insurgé, mercredi 18 mai 2022, contre les trafics d’armes et munitions, les cas de meurtres et détournements.

Cet officier des FARDC a livre sa position au cours d’un point de presse, à Bunia.

A l’occasion il a souhaité que le chef de l’Etat – commandant suprême des FARDC et de la PNC- mette fin à ces pratiques qui, selon lui, pérennisent la guerre, en Ituri.

« Le langage le plus fort, le plus dur que le chef de l’Etat a tenu ici à Bunia, c’était à propos de l’armée. Nous avions des brebis galeuses, des gens qui cachaient des effectifs alors qu’on n’en avait pas. Et on avait vu aussi que dans cette insécurité, il y avait des militaires, des officiers qui étaient dans cette insécurité-là. Et donc, le chef l’avait bien dit », a soutenu le gouverneur-militaire de l’Ituri.

Johnny Luboya a cité le chef de l’Etat qui a dénoncé que « les militaires aient participé à l’insécurité dans la province de l’Ituri ».

Lire l'article sur acturcd.com

Est-ce que vous y comprenez encore quelque chose? 
Tous ceux qui sont responsables de notre armée et qui ont le pouvoir de changer quelque chose, sont en train de la critiquer. Y a-t-il encore des leaders qui osent prendre leurs responsabilités? Ou est-ce qu'ils préfèrent tous rejeter la responsabilité aux autres? Quel spectacle minable, franchement!

20. mai, 2022

Le Porte-parole de l’armée ougandaise accuse les FARDC d’être en complicité avec les rebelles ADF et autres qui massacre les pauvres civils à l’Est du pays.

Sur RFI Swahili, le porte-parole de l’UPDF a accusé des éléments FARDC d’être en connivence avec ADF et CODECO dans les tueries de la population dans Nord-Kivu – Ituri.

« Plusieurs fois, des militaires congolais ont été arrêtés dans les rangs de l’ennemi » a-t-il déploré.

Voir l'article sur polelecd.com

20. mai, 2022

Dans la soirée du jeudi 19 mai 2022, un paisible citoyen est tombé sous les balles des éléments de la police qui tentaient de neutraliser une vache en divagation au quartier Vungi sur rue Kinshasa en commune Bulengera, ville de Butembo.

Lire tout l'article sur kivuactualites.com

N'est-ce pas incroyable que nos policiers ne savent même pas comment se comporter devant une vache perturbée. Tout ce qu'ils savent faire c'est brandir leur arme, et alors les vicitmes innocentes tombent à chaque fois. Cela dit tout sur leur très bas niveau de formation. Les officiers pensent qu'il suffit de donner un uniforme, une arme et un règlement pour transformer un homme en policier. Il faut bien plus que cela! Sinon, on les transforme en criminels, comme malheureusement nous sommes obligés bien trop souvent de le constater. 

18. mai, 2022

Eddy Murhula, jeune habitant du Quartier Kasali sur avenue Lowa en commune de Kadutu dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu vient d’être tué par balle dans la soirée du vendredi 13 mai 2022 par un élément de la police nationale Congolaise (PNC).

A en croire Monsieur Patrick Munguakonkwa, président communal de la Nouvelle Dynamique de la société civile (NDSCI) noyau de Kadutu, tout a commencé lorsque les policiers sont venus fermer une maison de vente de boissons fortement alcoolisées sur l’avenue de la victime.

Le propriétaire de cette maison de commerce a vite fermé sa porte avant de partir. Aussitôt arrivés, les policiers ont commencé à forcer la porte de la maison et c’est maintenant que la victime leur à dit : “Comment voulez-vous ouvrir la porte de quelq’un qui n’est pas sur place ? » C’est après l’échange de mots, qu’un policier à tiré directement sur ce jeune qui est tombé dans le coma.

Après forfait, ces policiers sont montés dans leur véhicule pour une destination inconnue et la victime a été acheminée à l’hôpital général de Bukavu.

La nouvelle dynamique de la société civile de Kadutu demande l’ouverture d'une enquête sérieuse pour arrêter l’auteur de cet acte et le punir conformément à la loi.

18. mai, 2022

Tout a commencé par une discussion entre le militaire et un jeune propriétaire d'une boutique. Piqué de colère le militaire a ouvert le feu sur le jeune garçon qui ne voulait pas être intimidé. Grièvement blessée au niveau du bras, la victime a été acheminée à l’hôpital général d’Uvira par des habitants pour des soins appropriés.

Des jeunes du quartier Kavinvira en colère, ont réussi à neutraliser ce militaire jusqu’à le lyncher.

Les acteurs sociaux de cette entité découragent cette manière de faire de la population tout en appelant ces jeunes à éviter de toujours se rendre justice. Ces derniers demandent aux autorités militaires de discipliner leurs militaires pour éviter tout conflit entre ces derniers et la population qui sont plutôt appelées à vivre dans une franche collaboration.

Lire l'article sur congoleo.net