Nouvelles

24. févr., 2021

Monsieur Mucana Macumu, habitant de Cinvano, village de Cibingu en groupement de Cirunga (territoire de Kabare) au Sud-Kivu a été tué par un policier l'avant-midi de ce vendredi 19 février 2021 à Mushera, village de Kinjuba dans le groupement de Bushwira. 

Selon le « Mouvement Laissez Kabare Vivre » (MLKAV), le drame se passe alors qu’un policier basé au sous commissariat de la Police Nationale Congolaise (PNC) Cibingu est venu l’arrêter pour « abus de confiance ». En clair, il devait 30.000 Francs congolais qu’il n’avait encore reçu à payer après s’être acquittés des 10.000 francs.

« Ne l’ayant pas trouvé à son domicile, il est rentré et quelques heures après au retour il a aperçu l’infortuné dans le village voisin et a couru pour mettre la main sur lui. C’est là que le policier a enfoncé le couteau dans son coup et l’homme a rendu l’âme dans le village Mushera groupement de Bushwira », explique Me Barthélémy Mwambusa, Coordonnateur de cette structure.

Lire tout l'article sur laprunellerdc.info

18. févr., 2021

La vérité sur les assassins de Floribert Chebeya commence à émerger. Nous n'avons jamais douté que c'étaient des porteurs d'uniformes. Voilà qu'un premier policier vient d'être arrêté. Espérons que les hauts responsables de ce crime suivront aussi.

Jacques Mugabo, l’un des assassins du militant congolais des droits de l’homme, a été arrêté à Lubumbashi. Il a été transféré ce mardi à Kinshasa et placé entre les mains de l’auditorat militaire », a précisé RFI, confirmant des informations du média en ligne Africawave.

Nous ne voulons plus jamais voir agir des policiers comme instruments de la mort des hautes autorités contre les militants de notre pays. Il est temps de mettre fin à cette impunité.

 

8. févr., 2021

Un élément de la Police Nationale Congolaise (PNC) a été lynché la soirée de ce jeudi 4 février par des habitants de Nkokwe; une dizaine de km au Nord-est de Kabaya, chef-lieu du groupement Gisigari en territoire de Rutshuru. Quelques instants plus tôt, ce policier avait blessé un habitant par balle. 

«Le policier était ivre. Dans son ivresse, il est arrivé dans un petit bistrot et voulait qu’on lui donne de la boisson gratuitement. Quand le propriétaire du bistrot a refusé, c’est à ce moment là qu’il a tiré sur lui.  Les gens sont venus secourir le blessé, quand le policier venait de fuir. Et quand on transportait le blessé vers le centre de santé; ce policier voulait poursuivre le blessé même au centre de santé. C’est comme ça que des habitants de Nkokwe sont intervenus; et ils ont lynché ce policier et il est mort», explique Jean Claude Bambanze, président du noyau de la Société civile force vive en territoire de Rutshuru.

Lire tout l'article sur laprunellerdc.info

Bien évidemment la justice populaire  est à combattre, mais il n'est pas difficile à comprendre que si la population voit qu'un policier peut abuser de son arme en toute impunité, que celle-ci agisse pour protéger la communauté. Le premier responsable de cette situation regrettable, c'est la PNC comme institution, qui ne semble pas être capable d'inculquer une éthique professionnelle aux gens qu'elle recrute et à qui elle confie une arme et des balles. 

4. févr., 2021

Uu militaire FARDC auteur de plusieurs cas d’assassinats d’environ sept (7) civils, près de OICHA, chef-lieu du territoire de Beni (Nord-Kivu), a été neutralisé par ses compagnons d’arme la journée de ce mardi 2 février 2021.

D’après nos sources, ce militaire a été tué par ses compagnons d’armes pendant qu’il venait encore de prendre en embuscade d’autres civils sur la route Nationale numéro 4.

Janvier Kasayirio, rapporteur de la société civile du territoire de Beni salue cet acte qui soulage, selon lui, tous les habitants de la zone.

«C’est un motif de joie pour toute la population du territoire de Beni, surtout dans cette zone. C’était une situation qui inquiétait toute la communauté, étant donné que ce n’est pas normal que 7 personnes meurent sans suite. Ce mardi le militaire venait encore d’embusqué certains civils, heureusement un policier était là et est intervenu avant que les militaires viennent pour achever cet élément », dit-il, à Laprunellerdc.info.

Toutefois, le rapporteur de la Société Civile plaide pour l’indemnisation des familles des civils déjà assassinés par cet incontrôlé FARDC.

«Les autorités du pays notamment l’administrateur et même le Gouverneur devaient d’abord documenter ses familles qui méritent un appui spécial . Il fallait que ces familles déposent des plaintes contre l’État congolais, pour qu’elles soient remises dans leurs droits et être indemnisées », ajoute Janvier Kasayirio .

Rappelons qu’environ sept (7) personnes dont monsieur Elia et madame Kavugho Roseline qui se rendaient au marché de Chani Chani; ont été tué la journée du jeudi 21 Janvier par un militaire incontrôlé des (FARDC) à Beni. Ce double assassinat était alors le deuxième à mettre à l’actif du même élément FARDC, dans l’intervalle de deux jours seulement, selon la société civile.

Publié sur laprunellerdc.info

4. févr., 2021

Un élément des Forces Armées de la République Démocratique du Congo qui tentait a tirer à bout portant sur sa femme, vient de tirer sur son enfant, en lieu et place de son épouse qu’il voulait tuer.

Ce fait s’est produit produit dans la nuit du dimanche à ce lundi 1 février 2021 au quartier Paida dans la ville de Béni au Nord-Kivu.

Nos sources renseignent que la victime qui est morte sur place est une fille âgée de 6 ans. Son corps a été conduit à la morgue de l’hôpital général de Beni.
Ces cas de meurtres continuent à être enregistrés dans cette partie de la province du Nord-Kivu qui fait également face aux massacres orchestrés par les éléments des ADF. En l’espace d’un mois, environs 4 civils ont déjà été fusillés par des militaires FARDC.

Les sources de la société civile condamnent cette indiscipline de quelques éléments incontrôlés des FARDC et estiment qu’il faut que justice soit faite pour les victimes, afin que les bourreaux soient punis conformément à la loi.

Publié sur congowitness.org