Nouvelles

17. mai, 2021

Un élément des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) a tiré à bout portant sur un homme d’une trentaine d’années, le matin de ce lundi 17 mai 2021 au quartier Kasika, dans la commune de Karisimbi à Goma.

Selon les témoignages recueillis par Laprunellerdc.info à Kisoko, tout serait parti d’un conflit qui opposerait ce militaire avec certains voisins, ce qui a conduit à des disputes des terrains entre les deux parties.

Ce conflit qui aurait longtemps perduré, a dégénéré ce lundi, conduisant ainsi à l’agression de la victime par cet élément FARDC qui assurait la garde dans une résidence, jusqu’à la blesser grièvement par balle.

De leur côté, les habitats de ce quartier exigent l’arrestation du responsable de la résidence, dont l’auteur de cet acte ignoble assurait la garde.

« Nous demandons tout simplement que justice soit faite car nous les jeunes, nous sommes très souvent victimes de la barbarie des forces de l’ordre. Et nous demandons au Gouvernement de prendre en considération nos réclamations, cela en restaurant l’autorité de l’état dans notre entité » nous dit l’un des jeunes.

Pendant ce temps, la victime a été vite acheminée dans une structure médicale de la place pour des soins appropriés. Cependant, des jeunes de Kasika qui protestaient contre cet acte, ont pillé plusieurs biens de la résidence que sécurisait l’élément FARDC.

Voir l'article original sur laprunellerdc.info

17. mai, 2021

Un jeune Burundais d’environ 18 ans a été tué par un militaire «indiscipliné» le dimanche 16 Mai 2021 à Kiliba Ongero à plus ou moins 17 Km de la ville d’Uvira.

A en croire le capitaine Dieudonné Kasereka porte parole du secteur opérationnel Sukola 2 Sud Sud-Kivu,la victime se rendait dans une salle de cinéma lorsque ce militaire, voulait ravir son téléphone.

Le soldat de 1ere classe, du 122eme Bataillon répondant au nom de Ngisia Liyango a été vite maîtrisé par ses compagnons d’armes

«Il est déjà transféré à la justice militaire,pour qu’il réponde de ses actes,la faute étant individuelle» précise le capitaine Dieudonné Kasereka

Et d’ajouter :

« Le commandement secteur opérationnel Sukola 2 Sud Sud-Kivu condamne l’agissement de ce militaire et présente ses condoléances à la famille de victime »

Voir l'article original sur rtnk.org

15. mai, 2021

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont arrêté certains éléments de ses troupes dans la région de Beni au Nord-Kivu. Lors d’un briefing de presse ce vendredi 11 mai 201 en ville de Beni, le lieutenant Antony Mualushayi soutient que les militaires arrêtés sont accusés d’être corrompus par les rebelles ADF. Ce, pour éliminer quelques autorités militaires qui dirigent les opérations.

A la 32e brigade, le général André a dévoilé cette information. Pour l’instant, tout celui qui a été cité dans ce dossier est déjà à la disposition de l’auditorat militaire. Le dossier évolue très bien, bien qu’on ait changé quelques officiers militaires à la justice. Nous attendons les nouvelles autorités affectées ici pour la poursuite du dossier. Il y aura des audiences publiques, a-t-il dit au micro d’election-net.com.

L’occasion faisant le larron, le lieutenant Antony Mualushayi rassure que les opérations évoluent très bien. « Vous devez avoir la foi. L’armée n’est pas distraite. Nous sommes en train de faire tout ce qui est possible afin de surprendre et les rebelles ADF et la population, » renchérit-il.

Lire l'article sur election-net.com

Visiblement, ils ont besoin de rassurer la population, mais est-ce que de tels messages non vérifiables nous rassurent vraiment? Comment se fait-il que nos compatriotes continuent à mourir en plein état de siège?

13. mai, 2021

Un militaire de l’armée congolaise FARDC vient d’ôter la vie à trois personnes dont sa femme et ses deux enfants avant de tourner le canon de son arme à feu contre soi-même.

L’incident s’est passé ce jeudi 13 mai 2021 dans les heures vespérales au centre de négoce de Kamango, chef-lieu de la chefferie de Watalinga en territoire de Beni.

Amisi Magellan, président de la société civile dans cette chefferie qui confirme la nouvelle, révèle que jusque-là les causes de cet incident ne sont pas encore connues. Il indique que le pauvre militaire est arrivé chez lui le soir et a commencé à tirer à bout portant sur sa famille.
 
Notre source ajoute que des détonations d’armes à feu ont causé une panique dans le centre de Kamango. La population a cru à une incursion des ADF dans la zone. La société civile appelle la population au calme.

Lire aussi l'article sur election-net.com

13. mai, 2021

Félix Tshisekedi a qualifié de « sorciers », ceux qui ont relevé que les deux Gouverneurs militaires nommés en Ituri et au Nord-Kivu dans le cadre de l'état de siège, sont des anciens rebelles.

Il soutient qu’aucun congolais digne de ce nom ne peut apprécier ce qui est vécu par les compatriotes de l’Est; d’où son interpellation envers toutes les couches à s’approprier la lutte pour le retour de la paix dans cette partie du pays. Selon lui, évoquer le passé rebelle de ces Gouverneurs, est une stratégie visant à voir le sang continuer à couler dans son pays.

«Moi j’ai bouché mes oreilles, je n’entendrai plus ces histoires. Ces Gouverneurs sont des compatriotes, des congolais, ils vont travailler pour les congolais. Nous n’allons plus suivre les manipulations des sorciers. Ces sorciers qui ont toujours voulu voir le sang des congolais couler,» dit le Président.

HRW estime que l’administration Tshisekedi devrait adopter une approche globale fixant comme priorités de rendre justice pour les crimes graves; de procéder à un réel assainissement des forces de sécurité, et de mettre en place un système efficace de démobilisation des ex-combattants. «En fin de compte, elle devrait veiller à ce que l’état de siège ne donne pas à l’armée plus de latitude pour commettre des abus».

Lire tout l'article sur laprunellerdc.info

Comment le président d'un peuple meurtri comme le nôtre peut-il penser même une seule seconde que les revendications faites par les défenseurs des droits humains sont une stratégie pour "voir le sang continuer à couler"? Pendant les 8 jours de l'état de siège, y a-t-il eu un seul jour où le sang n'a pas coulé? Bien au contraire! Des assassinats en pleine rue à Goma! Un kidnapping contre rançon à quelques kilomètres du gouverneur militaire! Des militaires soulards qui tuent des civils innocents encore et encore. Deux embuscades sur la route Beni-Kasindi.  Une nouvelle incursion des présumés ADF à Ngaka en Ituri, causant la mort de 7 concitoyens, sans qu'on voie même la moindre trace des FARDC ni de la MONUSCO. Et puis c'est NOUS qui demandons justice que Mr. le Président taxe de sorcier!?

Désormais il n'y a plus de doute qui est le vrai sorcier.