12. févr., 2017

Festival Amani: Djoo est mort en martyr alors qu’il faisait du bénévolat

habarirdc.net

Ce jeune homme engagé, porteur d'avenir, artisan de la paix, rencontre sur son chemin un policier armé, bourré d'alcool et de mauvaises intentions. Avec l'arme, lui procuré par l'Etat congolais, celui-ci abat lâchement le jeune qui voulait l'empêcher de voler. Sa hiérarchie, qui n'a rien fait pour rendre un tel drame impossible, et qui problement ne prendra pas de mesures appropriées pour éviter sa répéition à l'avenir non plus, est ainsi complice de ce meurtre et de tous les autres qui suivront.

"Ce n’est pas la première fois où le mauvais comportement d’hommes en uniformes congolais coûte la vie aux citoyens qu’ils sont censés protéger. La mission de la police n’est-elle pas de protéger les personnes et leurs biens ? Djoo était marié et père de famille. Dans son service volontaire de sécurité, il a perdu la vie en tentant d’empêcher le vol d’un matelas par un policier ivre. Connaissant bien notre justice, je doute fort que ce policier meurtrier puisse subir la rigueur de la loi et payer pour ce crime odieux. Le conseil provincial de la jeunesse exige que justice soit faite."