30. avr., 2017

Les FARDC accusées de tracasser la population à Ntoto

A Ntoto, dans le groupement Waloa-Uroba, en territoire de Walikale (Nord-Kivu), la population accuse les FARDC de tracasseries et autres exactions.

Selon des sources concordantes, ces militaires, déployés pour sécuriser la population, ont érigé des barrières illégales, où ils perçoivent la somme de 1000 francs congolais (1, 04 USD) à chaque passant.

Celui qui ne verse pas ce montant, poursuit la même source, est soumis aux fouets.

Ces militaires sont également accusés de faire le travail révolu à la police:

«Ils [soldats] font des arrestations arbitraires et lorsqu’elles arrêtent quelqu’un, elles n’exigent pas moins de 150 000 FC (155, 38 USD) comme amende», a dénoncé un notable de Ntoto sous couvert d’anonymat.

Lire tout l'article sur Radio Okapi.

Comme d'habitude, les autorités militaires disent ne pas être au courant et promettent une investigation. Comme d'habitude ils promettent de mettre fin à l'impunité. Comme d'habitude nous n'entendrons plus jamais parler de cette affaire et le pillage de notre population paisible, qui pourtant souffre déjà tellement de toute cette insécurité, continuera comme si de rien n'était.