25. mai, 2017

La traque des évadés de Makala donne lieu à des abus contre les civils

L’évasion, permise par l’attaque de la prison de Makala à Kinshasa «par des individus non encore identifiés à ce jour», a entraîné la traque des évadés par l’armée et la police. Le week-end dernier, elles ont arrêté 200 personnes. Or, affirment les deux ONG dans un communiqué conjoint, « cette traque donne déjà lieu à des abus, en ce sens que certaines personnes innocentes qui ne sont pas en possession de leurs pièces d’identité, surtout les conducteurs de taxi-moto, sont arrêtés par les agents de l’ordre et assimilés aux évadés ». Les ONG demandent au ministre de l’Intérieur, Emmanuel Ramazani Shadari, de mettre fin à cette pratique.

Lire tout l'article