20. juil., 2017

Le commandant militaire au KC s’engage à dénoncer les violences sexuelles commises par l’armée

Le commandant du régiment des FARDC au Kasaï Central, le colonel Isaac Safari Iraguha, a signé en début de semaine à Kananga, l’acte d’engagement pour lutter contre les violences sexuelles dans cette partie du pays, en proie à des violences armées, depuis près d’une année.

En signant l’acte d’engagement, l’officier a décidé notamment de : dénoncer tout acte ou incident de violence sexuelle commis par des éléments sous son commandement, appréhender et traduire en justice les auteurs présumés des violences sexuelles et exécuter les mandats de justice décernés contre eux, faciliter l’accès à la justice militaire pour mener des enquêtes et livrer les auteurs présumés interpellés, inculpés ou condamnés pour des actes de violences sexuelles, sanctionner indépendamment de l’action judiciaire, disciplinairement tout militaire suspecté d’acte de violences sexuelles, conformément aux dispositions du statut du militaire des FARDC.

Lire tout l'article

La bonne nouvelle, c'est que la signature de cet acte d'engagement est une reconnaisance claire et explicite d'un grave problème au sein de nos FARDC.

Ce qui est difficile à comprendre toutefois, c'est qu'un tel engagement soit pris seulement au Kasaï central, sachant que le statut du militaire des FARDC est bien clair à ce sujet, et est d'application pour tous les militaires sur l'entièreté du territoire national de la RDC. Si nos FARDC se respectaient soi-mêmes, ils n'auraient pas besoin d'un tel acte d'engagement. Il suffirait seulement de respecter leur statut et les lois en vigueur. Ils ne faudrait pas que d'aucuns se mettent en tête que dans les autres provinces non couvertes par cet acte, des violences sexuelles peuvent rester impunies!