20. août, 2017

Tango Four, orpailleur? Pilleur!

Le rapport S/2017/672 du Groupe d’experts sur la RDC, datant du 10 août 2017, à la page 24-25, confirme ce qui se dit depuis longtemps: un général des FARDC vole les ressources de l'Etat et du Peuple congolais, en violation fragrante de bon nombre de lois, sans être inquiété par ceux-là qui doivent faire respecter les lois. Lâcheté? Connivence? En tout cas 'ignorance' ne peut plus être brandi, car le rapport est très clair. Lisez avec nous:

 102. Le Groupe a réuni des éléments de preuve de l’implication du général de division Gabriel Amisi Kumba (alias Tango Four), commandant des FARDC de la première zone de défense du pays, dans le secteur de l’or. Le Groupe note qu’en vertu de l’article 27 du code minier de la République démocratique du Congo de 2002, les officiers des FARDC ne sont pas éligibles aux droits d’exploitation ou de commercialisation des ressources naturelles.


103. En décembre 2016, un agent des mines basé dans la ville de Bafwasende, dans la province du Tshopo, a informé le Groupe que lorsqu’il était à Bomili pour recouvrer des taxes auprès des ouvriers des mines d’or, deux conducteurs de dragues avaient refusé de payer toute taxe de l’État, au motif que le propriétaire des dragues était le général de division Amisi. En janvier 2017, lors d’une visite du Groupe à Bomili, quatre propriétaires de dragues et deux mineurs travaillant sur la rivière Awimi l’ont informé que le général de division Amisi possédait quatre dragues par l’intermédiaire d’une entreprise locale appelée La Conquête. Deux agents publics des mines à Kisangani et à Bafwasende, ainsi qu’un acteur de la société civile, ont eux aussi déclaré que le général de division Amisi détenait des dragues sur la rivière Awimi à Bomili, dans le territoire de Bafwasende.


104. Au cours de la période considérée, le Groupe a recueilli des témoignages attestant que les dirigeants de l’entreprise La Conquête avaient bénéficié de la protection des FARDC à plusieurs reprises, notamment en mai et juin 2016, ce que des sources basées à Bomili ont confirmé.


105. À en croire quatre propriétaires de dragues, la production d’or sur la rivière Arwimi a été faible en janvier 2017 par rapport aux mois précédents, mais elle s’est quand même maintenue en moyenne à 50 grammes par jour et par drague. Deux mois auparavant, en novembre 2016, elle était d’environ 100 grammes par jour et par drague. Les mêmes sources ont indiqué au Groupe qu’elles avaient connu des périodes où la production avait atteint 500 grammes par jour pour chaque drague opérant sur la rivière Awimi. Le Groupe a cherché à vérifier ces informations avec le général Amisi mais n’était pas parvenu à le joindre au moment de l’établissement du présent rapport.

Abus de pouvoir? Certes. Patriotisme? Aucun! Condamnable? Entièrement!!