29. sept., 2017

Des militaires présumés tuent un policier lors d’un cambriolage à Kananga

Vous allez dire: ce n'est pas prouvé. Mais il faut se le dire: partout où il y a des hommes en armes aux Congo, il y a des crimes. Chez nous, l'uniforme n'appelle pas au respect des lois et à la protection des citoyens. Bien au contraire, les uniformes annoncent le vol, le cambriolage, les viols, les tracasseries, les assassinats...

Voyez encore à Kananga: un policier s'est fait descendre par un groupe de FARDC qui, la nuit, mènent une vie de gangsters et vont piller les maisons et violer les femmes. Dans toutes les grandes villes du pays, nous devons constater une recrudescence de la violence, et plus personne ne doute que les services dits de l'ordre en sont souvent, soit les auteurs, soit à la base, en louant leurs armes aux malfaiteurs, se rendant ainsi complices.

Notre pays est très, très malade, à cause de ces gens-là. On se demande même si les autorités n'encouragent pas ce phénomène, comme la grande majorité d'eux sont fin mandat et occupent leur place de façon illégitime. Ils ont donc tout intérêt qu'il y ait l'insécurité, car ils sont les premiers bénéficiaires de l'impossibilité d'organiser des élections.

Chers compatriotes, où va notre beau pays? Allons-nous permettre à ces inciviques en uniforme et à ces politiciens illégitimes de détruire notre Congo?

Lire l'article sur politico.cd

Lire l'article sur La Libre Afrique