4. oct., 2017

Les FARDC s'en prennent à la population paisible de Kipese

Les trois jours de combats violents qui ont opposé les FARDC aux éléments Mazembe depuis le 30 septembre 2017 à KIPESE ne se sont pas passés sans laisser de dégâts collatéraux. 
 
Après que les FARDC avaient regagné le contrôle de la localité, la société civile locale a dénombré de nombreux cas de violations graves des droits humains commis par les FARDC:
 
Des pillages des maisons et des bêtes des paisibles populations. 
Des tueries et arrestations arbitraires des populations civiles. 
Notre source annonce déjà plus de 15 cas de morts dont trois femmes, un pasteur de l'église des frères de Christ et un motard lâchement tués par les FARDC. 
La société civile locale demande une ouverture d'enquêtes sincères et impartiales afin que les présumés auteurs répondent de leurs actes ignobles.