11. oct., 2017

Enfants soldats en RDC : les FARDC rayées de la liste noire de l’ONU, mais...

Selon l'ONU, les FARDC ont pris toutes les mesures nécessaires dans leur plan d’action en rapport avec l’utilisation des enfants et cette partie a été retirée de la liste en ce qui concerne cette violation.

Lire l'article sur Radio Okapi


Sandra Olsson, gestionnaire de programme chez Child Soldiers International, une organisation des droits humains qui cherche a mettre fin au recrutement militaire d'enfants, souligne toutefois qu'une culture d'impunité continue à reigner au sein des FARDC pour des violences sexuelles commises contre des enfants:

La formation de l'armée et des autres forces de sécurité aux questions de protection de l'enfance et la création de procédures opérationnelles normalisées sur la vérification de l'âge ont contribué à éliminer le recrutement d'enfants par les forces armées; de même que la nomination en 2014 de Jeanine Mabunda Lioko en tant que conseillère spéciale du président en matière de violences sexuelles et de recrutement d'enfants et le dépistage systématique et la séparation des enfants dans les rangs des forces armées.

Cependant, la fin des violences sexuelles commises par les FARDC et d'autres personnes n'a pas encore été concrétisée. De manière significative, le rapport de l'ONU indique toujours que les FARDC commettent «le viol et d'autres formes de violence sexuelle contre les enfants».

Des officiers supérieurs des FARDC, de la police nationale et des dirigeants de groupes armés ont été arrêtés et reconnus coupables de violences sexuelles contre des enfants. Des membres des FARDC ont également été accusés de recrutement d'enfants, mais aucune condamnation n'a encore été prononcée.

En outre, en contravention du plan d'action et d'une directive du Ministère de la défense de 2013 interdisant cette pratique, la détention par les forces gouvernementales d'enfants précédemment associés à des groupes armés persiste.

Lire l'article original en anglais