27. oct., 2017

L'armée, catalyseur de la stabilité au Congo?

Précisant que la perspective de voirJoseph Kabila s’en aller de lui-même s’est évanouie, le colonel Daniel Lusadusu Nkiambi, ancien officier des Forces Armées Zaïroises, prêche actuellement le rôle central que devront jouer les forces de sécurité dans la stabilisation du pays.

« La mise en place d’un gouvernement de transition sans Kabila dirigé par une personnalité neutre capable d’activer ses réseaux dans l’armée est maintenant une solution prise très au sérieux » suggère le colonel Daniel Lusadusu.

« La majorité des soldats sont mal ou très mal formés, mal encadrés, mal entretenus, mal équipés et éloignés de la population civile », a-t-il déclaré. « Il faut professionnaliser les services militaires afin d’empêcher les futurs dirigeants de sans cesse politiser l’institution (armée) à leur profit » explique-t-il soulignant qu’actuellement les forces armées de la République démocratique du Congo sont une armée partisane et fanatique, sans unité de commandement forte.

Le colonel Lusadusu rappelle que cette force doit être professionnelle et apolitique, une «armée nationale et républicaine», jurant de défendre et de servir la démocratie et la constitution du pays, au-delà des partis politiques et des individus. « Cela signifie préserver les intérêts des institutions et non ceux d’un président et de sa clique. »
 
« La renaissance du Congo en tant qu’État stable et prospère ne peut se concevoir sans une armée nationale et républicaine » détaille Lusadusu, affirmant que c’est celle-là même la référence comme d’une affirmation de souveraineté de l’État Congolais et un catalyseur de l’unité nationale.
 
 
Nous pensons toutefois que le colonel Lusadusu se montre un peu trop optimiste quant aux possibilités de transformer l'armée actuelle en une vraie armée républicaine. Ces hommes en armes ont été déformés par des décennies de mauvais comportement en toute impunité. A notre avis, le mieux serait de dissoudre les FARDC et de construire une toute nouvelle armée de zéro avec de nouvelles recrues: le Bouclier pour l'intégrité du territoire et la sécurité de la population en RDC (BIS-RDC).