31. oct., 2017

Les familles des interpellés de Goma dénoncent des « arrestations arbitraires »

La police s'est encore montrée de son meilleur côté à Goma le 30 octobre 2017. Une fois de plus elle a jugé bon d'utiliser des balles réelles contre les manifestants en faveur des élections avant la fin de l'année. En plus elle n'est pas sincère quand elle communique son bilan: le nombre de morts "par balles perdues" est plus élevé que ce qu'ils ne disent. Au moins 6 citoyens sont morts, selon La Lucha. Deux policiers et un FARDC aussi. La violence appelle la violence.

Mais qu'est-ce qui prend les policiers à aller cueillir des enfants dans les parcelles le long des rues, pour ensuite les arrêter comme si c'étaient des terroristes? Ont-ils besoin d'accuser les jeunes d'être maïmaï? Imaginez-vous qu'un policier pénètre chez vous, enlève votre enfant adolescent, et le mette en garde à vue. A libérer... contre paiement bien entendu. Un comportement totalement indigne de forces dites "de l'orde".


Lire tout l'article sur Tshukudunews