12. nov., 2017

Les primes des soldats congolais de la MINUSCA ont-elles été volées?

Il est vrai que les FARDC sont à la base de nombreuses violations de droits de l'homme. Mais en même temps elles en sont aussi victimes. Malheureusement, trop souvent, à cause de leurs propres dirigeants...

Voyons par exemple ce cas flagrant de nos soldats congolais qui sont allés risquer leurs vies en Centrafrique. Pour les encourager, le président congolais Joseph Kabila, leur avait promis une prime d'éloignement mensuelle de 600 dollars. En réalité, ils n'en ont vu que le tiers ou moins. Ou sont donc partis les autres deux tiers? Bouffés par la hiérarchie, selon les militaires victimes qui en expriment leur désarroi. Ceux qui ont osé s'exprimer, ont été arrêtés et détenus depuis dans les cachots de l’Etat-major du renseignement militaire de l’ex-Demiap, la Détection militaire des activités anti-patrie. Ils n'ont pas droit de visites et n'ont pas été présentés aux juges militaires. Un traitement inhumain et inacceptable.

Même les veuves des six militaires congolais morts en mission, à qui on avait promis une aide de 50.000 $ chacune, ont été contraintes de signer un reçu pour les 50.000 dollars avant de leur remettre simplement 30.000 dollars. Où sont partis les autres 20.000 dollars? Facile à devenir, n'est-ce pas?

La gestion de nos FARDC est tellement pourrie que nos soldats en tombent eux-mêmes victimes. Ceci n'est pas une excuse pour justifier leurs abérrations envers nous, la population civile. Mais c'est certes une injustice, et toute injustice doit être relevée.

Lire tout l'article sur Afrikarabia