13. nov., 2017

"Ce n'est plus sûr de vivre au Congo, les FARDC nous tuent"

Plusieurs milliers de Congolais se sont réfugiés ces dernières semaines en Zambie voisine. Ils ont passé la frontière pour fuir la guerre, les meurtres et les viols.

La plupart des quelque 6.000 personnes recensées par les autorités de Lusaka sont originaires des provinces du Haut Katanga et du Tanganyika, dans le sud-est de la RDC, en proie à des affrontements entre l'armée régulière de Kinshasa et des milices.

Sur les bords du lac frontalier Moero où ils ont pris leurs précaires quartiers, la plupart des réfugiés mettent en cause les FARDC, à leurs yeux responsables des pires atrocités commises dans le sud-est de leur pays.

"J'ai vu une femme enceinte qui a été violée, son ventre ouvert et son bébé tué avant qu'elle soit elle-même assassinée", affirme à l'AFP Kaimba Kazili, 39 ans, rencontrée dans le camp de transit de Kenani à Nchelenge, ville située au bord du lac.

Lire tout l'article sur sisiwotepamoja