25. avr., 2018

FARDC et PNC ont fait des progrès dans le respect des droits de l’homme, vous dites?

“Nous sommes fiers aujourd’hui parce que nous venons de loin. Il y a de cela plus de dix ans, notre pays était mal coté sur le plan international en ce qui concerne la protection des droits de l’homme. Avec la politique tolérance zéro initiée par le Chef de l’Etat et la création de la cour militaire opérationnelle, des avancées significatives ont été enregistrées. Nous sommes appelés à respecter l’être humain. Ne pas lui faire du mal. Evitez le viol, tueries, arrestations arbitraires et autres abus contre les droits de l’homme”, a déclaré le général Dieudonné Amuli qui s’adressait aux militaires et policiers au cours d’une parade au terrain Afia à Goma, le 23 avril 2018.

Lisez cette annonce en fanfare:

En dix ans, FARDC et PNC ont fait des progrès dans le respect des droits de l’homme

En même temps, radio Okapi nous signale que 

des militaires sont accusés de tracasserie sur l’axe Goma-Rutshuru

Rumangabo se trouve à quelques kilomètres de Goma, où le général Amuli s'est tapé la poitrine.

Nous ne voyons que deux interprétations possibles:

- soit le général Amuli ne travaille pas en RDC, mais dans un autre pays où il existe aussi une ville dénommée Goma,

- soit pour le général Amuli, les tracasseries routières ne sont pas une violation des droits de l'homme, mais un droit que tout porteur d'uniforme peut d'office imposer à tout citoyen.

Il va de soi que dans la deuxième hypothèse, le général est complètement à côté de la plaque et en violation de la constitution. Quant à la première... à vous de juger.