15. juil., 2018

Le président hors mandat prépare son retranchement derrière des officiers criminels

Nous ne devons plus douter: le président hors mandat Kabila a la ferme intention de s'accrocher au pouvoir. Quelques jours à peine avant que la loi électorale l'oblige à annoncer ses couleurs, il met à des postes-clé de l'armée des officiers dont la nature criminelle est connue de tous. 

En nommant des personages comme John Numbi, assassin du directeur de la Voix des sans voix, Floribert Chebeya, et le général Amisi, dit Tango Four, également dans le collimateur des États-Unis pour ses violations des droits humains, non seulement Kabila signale lui-même qu'il s'en fout éperdumment des droits humains, mais aussi qu'il compte violenter, voir assassiner tous ceux qui se mettraient dans son chemin sur la voie de la violation de la constitution.

Notre président, après avoir perdu sa légitimité, a maintenant aussi perdu la raison. Il pense qu'il a le droit de sacrifier tout un pays, toute une population, pour ses intérêts personnels. Il a complètement perdu de vue qu'un président est supposé être au service du peuple, au lieu de réduire son peuple à l'état d'esclavage pour sa clique d'irresponsables. Ce monsieur nous mène droit à la guerre.

Que Dieu protège notre Congo.

Lire l'article sur politico.cd