16. juil., 2018

Quand la tête est pourrie, que peut-on attendre des pieds?

La criminilatié en uniforme, ne pensez-pas qu'elle n'existe que dans des zones éloignées où militaires et policiers se font la compétition en matière de tracasseries, pillages, complicité avec les bandits armés pour des cambriolages, vols et viols, assassinats aveugles ou ciblés.

Hélas non, jusq'au sommet de l'Etat, l'uniforme est abusé sous de multiples formes: chantage, menaces de mort, manipulations d'élections, exécutions sommaires d'opposants ou de défenseurs des droits humains. Et le pire c'est que ces crimes sont commis sur ordre de, et avec la complicité des plus hautes autorités de notre pays. La preuve en est très claire: ceux qui excellent en actes criminels au service du chef de l'état hors mandat, se font remercier par l'octroi de postes de responsabilité, et ensuite ils gèrent ce poste de façon complétement irrésponsable envers le peuple et la nation. Ces illuminés pensent qu'il suffit d'ajouter l'adjectif "démocratique" au nom de notre république, pour croire que le monde nous verra ainsi.

Une chose est certaine: les manipulations des structures étatiques par nos autorités illégitimes a atteint ses limites. La communauté internationale a fini par comprendre ce jeu de mensonges et de traitrise sous la couverture de la souveraineté nationale. Le souverain primaire, c'est le peuple, et cette réalité finira par éclore dans notre beau pays aussi.

Lire tout l'article sur actualité.cd