18. juil., 2018

Deux tiers des violations des droits de l'homme sont commis par les agents de l'Etat

«Plus de 64% des violations documentées durant le premier semestre 2018 ont été commises par des agents de l’Etat, qui ont notamment été responsables des exécutions extrajudiciaires d’au moins 202 personnes, dont 24 femmes et deux enfants, sur l’ensemble du territoire de la RDC (…)Parmi les agents de l’Etat, les militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) sont ceux ayant commis le plus grand nombre de violations et sont responsables de près du tiers des violations documentées par le BCNUDH (1.009 violations, dont les exécutions extrajudiciaires de 145 personnes, dont au moins 16 femmes et six enfants) au cours de ce semestre. Il s’agit d’une forte augmentation par rapport au premier semestre 2017 (663 violations). Les agents de la PNC ont pour leur part commis 779 violations, dont les exécutions extrajudiciaires de 43 personnes, dont au moins sept femmes. La moitié de ces violations concerne le droit à la liberté et la sécurité de la personne», dit le BCNUDH.

Lire le rapport du BCNUDH

Connaissez-vous un autre Etat qui traite ses citoyens de la sorte?

Que Lambert Mende ne vienne plus nous mentir que la République démocratique du Congo est un Etat de droit.