10. sept., 2018

47 ONG nationales et internationales craignent des nouvelles atteintes aux droits de l'homme

47 organisations nationales et internationales de défense des droits de l’homme demandent à l’ONU de créer un mécanisme de surveillance de la situation des droits de l’homme sur l’ensemble de la RDC. 

Les forces dites de l’ordre et de sécurité ont été à la base des violations des droits de l’homme particulièrement lors des répressions des manifestations contre le pouvoir, et les ONG craignent que dans les semaines à venir, celles-ci vont encore s'intensifier avec l'approche de la date des élections du 23 décembre 2018.

Le maintien au pouvoir de l’actuel chef de l’Etat, Joseph Kabila (depuis 2001) au-delà de son mandat constitutionnel terminé en décembre 2016 a suscité de nombreuses contestations dans le pays, causant plusieurs pertes en vies humaines.

Lire l'article sur actualité.cd

Il est à craindre que la date des élections ne sera pas respéctée une fois de plus, et que la présence prolongée de l'homme barbu dans le fauteuil de président de la RDC mène à des troubles sans précédents. La nomination par Joseph Kabila à des postes clé de certains personages uniformés douteux, connus pour l'aise avec laquelle ils utilisent la violence contre des innocents, ce qui leur a valu d'ailleurs des sanctions par la communauté inyernationale, est certes de mauvaise augure. Raison pour laquelle les ONG demandent de mettre en place un mécanisme de surveillance en septembre, pour compléter le travail mené par le Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’Homme en RD Congo, et garantir un examen et des rapports adéquats sur les violations des droits humains et les exactions commises dans le contexte électoral.