21. sept., 2018

Les violations des droits de l'homme des FARDC et PNC dépassent celles des groupes armés

Cette montée de la violence, et la montée disproportionnelle en violence de la part des hommes en uniformes, nous la sentons tous les jours, nous la vivons, nous la subissons. Mais que les perpétreurs ne pensent pas que le monde n'est pas informé. Les statistiques sont mises à jour chaque mois et un jour, on demandera des comptes aux responsables.

Lisez avec nous cet article sur Radio Okapi:

Selon le BCNUDH, le nombre d’agents de l’Etat, les FARDC et la police nationale, responsables des violations des droits de l’homme a quasiment doublé pendant le mois d’août dernier, dépassant ainsi celui des groupes armés, auteurs des atteintes aux droits de l’homme au cours de la même période.

« Ce qu’il faut retenir pour ce mois d’août 2018, c’est l’augmentation générale du nombre de violations des droits de l’homme. Le Bureau conjoint a documenté 620 violations des droits de l’homme sur l’ensemble du territoire, soit une hausse par rapport à juillet 2018, ou nous avons enregistre 515 violations des droits de l’homme. Le nombre de violations commises par les agents de l’Etat en août 2018 a presque doublé par rapport à juillet et ils sont responsables de près de 66% des violations documentées à travers le pays. Une baisse du nombre de cas d’atteintes attribuables aux groupes armés, responsables des 34% restants, a été documentée », a détaillé Abdoul Aziz Thioye.

Lire tout l'article sur Radio Okapi