9. oct., 2018

La police disperse à coups de gaz lacrymogène des élèves à Beni

Franchement, cela nous a coupé le souffle. Si un pays doit commencer à utiliser le gaz lacrymogène contre ses propres enfants, quel effet est-ce que cela vous fait? Nous, ça nous fait pleurer. Pas à cause du gaz, mais à cause du constat que notre pays est en mains de gens sans conscience ni sentiments et sans passion quelconque pour la population. Nos gouvernants font preuve d'un mélange de dédain et de mépris de ceux qui sont pourtant leur raison d'être. Aucun pays au monde n'a connu une telle rupture entre autorités et citoyens. Nullepart ailleurs, les responsables de la gestion d'un pays se comportent de façon aussi irresponsables que chez nous. 

L'insécurité qui traumatise les enfants, la perturbation de leur éducation scolaire, ça ne vous dit donc rien? Nos enfants en porteront les séquelles toute leur vie, de constater qu'en plus des tueries par des assassins que le gouvernement n'arrive pas à (ou ne veut pas) neutraliser, ils deviennent maintenant la cible de nos services étatiques. Le dégoût et l'angoisse inspirés par les uniformes ne leur quitteront plus jamais de leur vie.

Le médecin qui ne sait soigner que les symptômes ne sauvera pas ses patients. Les gouvernants qui ne savent pas arrêter la souffrance de la population, doivent laisser la place à des plus compétents qu'eux! 

Lire tout l'article sur le traitement réservé à nos enfants de Beni sur actualite.cd

Lire un deuxième article