13. oct., 2018

La Police doit rester neutre en politique, mais elle se laisse instrumentaliser par le pouvoir

Le spectacle malodorant que nous impose la kabilie à Lubumbashi est une insulte pour le peuple congolais. Le gouvernement et la CENI ne cessent de se vanter qu'ils préparent les élections libres et transparentes, mais en même temps ils font tout le contraire. Après la mobilisation impressionnante de l'opposition à Kinshasa le 29 septembre 2018, le régime Kabila a du prendre peur, car une deuxième manifestation politique prévue à Lubumbashi pour aujourd'hui 13 octobre 2018 avait d'abord été permise, pour ensuite se voir annuler quelques heures avant son début. Rien ni personne ne peut donner ce droit aux autorités de Lubumbashi, car c'est une violation de notre constitution. Les élections, si elles auront lieu, ne seront visiblement ni libres, ni transparentes.

Pire encore, c'est que la PNC a accépté de se faire utiliser pour empêcher aux organisateurs de sortir de leur domicile et à leurs alliés, venus de Kinshasa, de les rejoindre. Ils ont encerclé la maison de l'Hon. Gabriel Kyungu pour l'empêcher de sortir. Le Cardinal Monsengwo a raison: Kabila a transformé notre pays en une prison à ciel ouvert!!

Cela est une grave violation de la déontologie de la police! Celle-ci a comme mandat de veiller à la sécurité des citoyens, lors des manifestations politiques, et non pas de les empêcher de s'exprimer et de mobiliser leur électorat! Si le parlement ne proteste pas avec force contre l'instrumentalisation politique de la police, si les responsables supérieurs de la PNC ne reconnaissent pas leur erreur, notre démocratie est en grave danger! Alerte rouge!

JAMAIS LA POLICE NE DOIT SE PRETER A DES ACTES POLITIQUES PARTISANS!!!