13. oct., 2018

L’armée appelée à demeurer apolitique

Le chef d'état-major des forces terrestres des FARDC, le général Kahumba Isidore, a promis ce jeudi 11 octobre 2018 des sanctions contre les militaires qui seront impliqués dans les activités politiques en cette période électorale.

"Nous soldats, nous sommes apolitiques, nous sommes pour la sécurisation de tous, pouvoir ou opposition. Nous n'avons pas droit de nous mêler dans les choses politiques. Notre apolitisme nous interdit de mener la campagne dans le camp (militaire). Malheur à celui qui sera pris, même avec des affiches dans sa maison, s'il est au camp, il sera puni sévèrement", a déclaré le général  Kahumba Isidore

Lire tout l'article sur actualite.cd

En lisant cet article, on se demande si le général a poussé sa réflexion à fond. Si Kabila demande à l'armée d'étouffer une marche de l'opposition politique à Bukavu, il le fera, mais est-ce que c'est cela 'demeurer apolitique"? Que fera-t-il le jour où le régime de Kabila lui ordonne d'empêcher des manifestation politiques de l'opposition? Va-t-il comprendre qu'il doit rester apolitique et va-t-il refuser de se faire instrumentaliser? Ou va-t-il faire comme la police aujourd'hui à Lubumbashi, qui a utilisé ses uniformes et ses armes pour enfermer un député dans sa maison et empêcher aux politiciens venus de Kinshasa à le rejoindre? Malheureusement, la réponse est déjà connue. Quand l'armée utilise le terme 'apolitique' dans une dictature, c'est purement pour ériger une façade pour le monde extérieur.