20. oct., 2018

Police et ANR se font fortune par des amendes exorbitantes

C'est une pratique qui existe partout au Congo, mais trop peu de gens osent en parler: les agents de la PNC et ceux de l'ANR abusent tout le temps de leur position officielle pour extorquer les citoyens lambda de leurs maigres ressources financières. S'ils faisaient ça avec les riches, on pourrait comprendre, car être riche dans un pays aussi appauvri que le Congo ne peut vouloir dire que ce sont les riches qui ont été complices à cet appauvrissement. Etre riche est alors un acte criminel et la justice redistributive justifie parfaitement que les hommes en uniformes s'en prennent à ces richesses illicitement accumulées, pour les remettre à la disposition de la société. 

Mais non, chez nous au Congo, c'est l'inverse qui se fait: les villageois qui luttent au jour le jour pour leur survie, dans un environnement complètement délabré à cause de l'égoisme des politiciens et la criminalité économique, sont la cible préférée des hommes en uniforme. Et l'argent ainsi volé ne va pas dans la caisse de l'Etat, mais dans leurs poches privées.

Et pourquoi? Parce ce qu'il n'y a personne pour les défendre! Ils tombent ainsi à la mercie de fonctionnaires de l'Etat qui ne comprennent rien à leur rôle et qui pensent que l'uniforme qu'ils portent ou la carte de service qu'ils ont en poche leur permettent de harceler et d'extorquer la population.

Heureusement qu'il y a encore quelques rares journalistes qui n'ont pas peur de dénoncer cela. Que leur voix soit entendue. Nous amplifions leurs messages avec conviction, comme par exemple cet article sur Radio Moto