10. nov., 2018

De lourdes peines prononcées à Beni contre militaires et policiers coupables de viols

Viols sur mineurs, homicide intentionnel, attentat à la pudeur, voilà le palmarès de nos soldats et nos policiers à Oïcha et Eringeti.

Heureusement qu'ils ont été condamnés à des peines allant de 8 à 15 ans de prison et qu'on commence à mettre fin à l'impunité. Mais ce procès aurait-il eu lieu sans l'appui technique et logistique du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme en collaboration avec le PNUD et l’ONG Solidarité Féminine pour la Paix et le Développement Intégrale (SOFEPADI)??

De quelle souveraineté devons-nous nous vanter si même la justice, un domaine de souveraineté par excellence, ne peut pas être organisée sans appui de l'extérieur? Le jour où cet appui s'arrêterait, la justice elle-même verrait sa fin arriver.

Lire l'article sur Radio Okapi