3. mars, 2019

FARDC confondent groupes armés et population à Lowa

« Nous sommes maintenant retranchés dans la forêt. Les crépitements de balles continuent et les militaires ne font pas la distinction entre civils et miliciens. Ils tuent tout le monde. Même les enseignants ! Depuis trois semaines, nous ne savons pas où trouver à manger, du savon ou du sel. Nous comptons des malades ici dans la forêt, il n’y a pas de médicaments. »  

C'est le président de la société civile de Lowa, Kongole Baendeyae Muze, qui appelle l'armée à cesser le feu, pour trouver une solution négociée à la crise. Il accuse les militaires de ne pas différencier la population civile de miliciens.

Il fait état de pillage des commerces, des matelas de l’hôpital général de Lowa, du couvent des prêtres catholiques… « Les militaires utilisent la population des villages Babuma et Bayelo pour piller Lowa », a accusé Kongole Baendeyae Muze, parlant de plusieurs morts lors de ces troubles.

Lire tout l'article sur Radio Okapi