7. oct., 2019

La société civile de Butembo veut délocaliser le camp militaire de Rughenda, cause d'insécurité

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO
PROVINCE DU NORD KIVU
VILLE DE BUTEMBO
SOCIETE CIVILE, NOYAU DE LA COMMUNE BULENGERA
Butembo, le 06/10/2019
Lettre ouverte à Monsieur le maire de la ville de Butembo

Objet : Délocalisation du camp militaire de Rughenda.

Honorable Monsieur le Maire,

Par cette présente lettre, nous venons auprès de votre responsabilité, juste pour vous rappeler certains faits, nécessitant une délocalisation urgente du camp militaire de Rughenda, implanté au cœur de la ville cosmopolite de Butembo.

En effet, en tant que fils de cette ville, si vous suivez avec attention l’évolution des évènements socio politique à Butembo, vous vous rendrez compte que les faits explicatifs de l’insécurité sont presque similaires et reviennent souvent avec plusieurs appellations. 

Ainsi, en tant que responsable de la coordination de la société civile, noyau de la commune BULENGERA, une entité administrative sous votre contrôle, suivons avec une grande attention la situation sécuritaire de la ville, et avons constaté sans peine que, la présence du camp des militaires à Rughenda, au cœur de la ville de Butembo, et dans une commune qui fait frontière avec le territoire de Beni, qui depuis des années est réputé héberger plusieurs groupes armés nationaux et étrangers, reste un des facteurs non négligeable dans l’insécurité en ville de Butembo.

En effet, il n’est plus à démontrer que des militaires officiellement reconnus ont une part importante de responsabilité dans l’insécurité à Butembo, une affirmation qui semble être trop forte, mais c’est un secret de polichinelle, un secret connu par tous, que plusieurs militaires incontrôlés bien sûr, insécurisent les pauvres citoyens en ville de Butembo, et de fois collaborent avec des bandits civils en leur fournissant des effets militaires : armes, tenues,... les quartiers envoisinant le camps militaire de Rughenda dénoncent, mais sans succès chaque jours les incursions nocturnes des militaires, qui parfois viennent avec des véhicules et font de porte à porte dans les quartiers et repartent sans être inquiétés ; des militaires qui sillonnent les quartiers envoisinant le camp, sous prétexte de faire des patrouilles en deux ou trois, bien armés si pas en tenue civils ou tenues militaires, qui sont les premiers à rançonner les passants, ravir argents et téléphones ; les civils qui se mettent à dénoncer ces pratiques se retrouvent être cibles de ces militaires, en disant que, l’espace « Grand Nord est déjà décrété comme une zone rouge, on ne sait pas par qui » où tout citoyen est assimilé à l’ennemi.

Honorable Monsieur le Maire, au-delà de toutes les explications données si haut, quand il y a des incursions dans la ville, c’est le camp militaire qui est la cible de ces miliciens et souvent ce sont des habitants qui en paient les pots cassés, quoi de plus normal quand nous demandons la délocalisation de ce camp du cœur de la ville ?

En interrogeant l’histoire de cette région, il sied de rappeler que, depuis l’époque coloniale, le camp militaire est prévu en chefferie de BASHU dans la localité de VUHOVI, c’est pourquoi, nous vous demandons, de délocaliser ce camp pour l’endroit prévu, ou dans le cas échéant, le délocaliser dans les environs immédiats de la ville mais pas au cœur de la ville comme Rughenda. Bien sûr stratégiquement quelques éléments très disciplinés pourraient être maintenus au niveau de l’aérodrome pour une permanence.

Dans l’attente d’une suite favorable, Honorable Monsieur le Maire, agréer l’expression de nos sentiments patriotiques.

Pour la Coordination de la Société Civile Noyau de la Commune BULENGERA

CHAFI MUSITU
+243 970954666, musituchafi@gmail.com