2. mai, 2020

Lukonga: décès d'un jeune torturé par la police

De vives tensions ont été observées vendredi 1 mai 2020, après le décès d’un jeune homme qui aurait été torturé par la police à Lukonga, Kananga.

Des sources concordantes parlent d’une mort inopinée du jeune homme âgé d’une vingtaine d’années, après son interpellation par la police du Groupe Mobile d’Intervention (GMI) dont le bureau se trouve au quartier Mabondo, dans la commune agro-pastorale de Lukonga, suite à une plainte du voisin à la victime.

Fuyant les éléments du GMI, le jeune homme est allé se cacher dans un ravin.

Alertés, les agents de la police l’ont poursuivi jusque dans sa cachette où il a été brutalement arrêté, puis ramené au cachot.

Chemin faisant, il ne faisait que la résistance face à la police, explique un témoin. Conséquence, la victime aurait été copieusement tabassée et torturée. Ce qui l’aurait malheureusement conduit à la mort, ont confirmé à Ouraganfm.cd d’autres témoins de l’événement.

Pris de colère, les proches de l’illustre disparu sont allés récupérer le corps de leur fils que détenait la police.

Cette dernière ne voulant pas rendre immédiatement la dépouille mortelle du jeune homme, la tension est montée d’un cran.

La police du Groupe Mobile d’Intervention a dû utiliser la force, en tirant des gaz lacrymogènes pour disperser la foule exaspérée.

Lire tout l'article sur Ouraganfm.cd

Cette mort inutile illustre encore une fois de plus que nos policiers ne sont ni bien sélectionnés ni bien formés. On ne confie pas des responsabilités aussi importantes à des hommes et femmes sans déontologie, sans diplomatie, sans maîtrise de la prévention et gestion des conflits, incapables de ramener à la raison un citoyen. Ce n'est pas étonnant que les citoyens ont peur des uniformes, car nous savons qu'à l'intérieur de l'uniforme se trouve trop souvent un coeur dur et un cerveau qui ne comprend rien à son rôle dans la société.

Le jeune homme assassiné par les policiers sans éthique ni maîtrise de soi, ne mérite pas ce sort. Doter notre pays d'une police au service du peuple devient une urgence, sinon d'autres congolais vont encore mourir sous les mains de nos policiers.