17. mai, 2020

Butembo en proie aux militaires bandits

La ville de Butembo, capitale commerciale de la province du Nord-Kivu, est secouée une fois de plus par les kasukuistes et autres criminels. Samedi 16 mai 2020, un taximan a encore été abbatu vers 21h par des hommes en uniformes. Les munitions trouvées sur place ne laissent pas de doute qu'il s'agit réellement de matériel de guerre, ce qui suggère une complicité de certains militaires, voire même de caméléons qui se transforment de soldat de jour en bandit de nuit.

Lire tout l'article sur l'assassinat du taximan.

Il n'est pas étonnant que la population pointe du doigt certaines brebis galeuses parmi ces militaires. Le Commandant du 3310ième régiment et Commandant en place dans la ville de Butembo a compris qu'il devait faire quelque chose. Il a lancé un appel à la population de faire connaître tout militaire qui vit au sein de la population au lieu d'une kazerne, pour les évacuer des quartiers d'habitation vers la périphérie de la ville.

S'il est vrai qu'on peut se réjouir de cette action, qui est une reconnaissance claire par les autorités des FARDC de l'activité criminelle de certains militaires, nous devrions plus encore nous demander comment nous en sommes arrivés là. Clairement, l'armée est tellement mal organisée qu'elle ne sait même pas où se trouvent ses armes ni ceux à qui elle les a confiées? Toute armée au monde est en principe une structure très disciplinée et hiérarchisée, sauf chez nous au Congo, ou c'est une organisation avec des ramifications criminelles.

Lire tout l'article sur elections-net.com

Remarquable aussi est que, ce dimanche 17 mai 2020, lorsque les taximen de Butembo, pour exprimer leur choc pour la perte d'un des leurs, barricadent la route, au lieu de montrer leur compassion avec la victime et sa famille et entamer une négociation calme pour rétablir l'ordre, les militaires ont sorti encore les armes pour tirer à balles vives. Au moins 24 coups ont été rapportés, selon des témoins. Un ou deux coups d'avertissement, si réellement nécessaire, on pourrait encore l'accepter, mais non, vingt-quatre coups de balles! VINGT-QUATRE !!!Chaque balle qui est tirée tombe aussi quelque part et peut causer des dégats. Le Maire de ville devrait réglementer l'usage de balles vives pour contrôler des manifestations de civils, nos militaires ne connaissent pas de limites et se croient tout permis...