5. sept., 2020

Ngoy Kenga Kenga : un espoir pour la justice et la vérité dans l’affaire Chebeya / Bazana

COMMUNIQUÉ

Paris – Genève, le 4 septembre 2020 – Dix ans après l’assassinat de Floribert Chebeya et la disparition de Fidèle Bazana, le commandant Christian Ngoy Kenga Kenga, considéré comme fugitif dans cette affaire, a été arrêté hier à Lubumbashi sous des accusations de « détention d’armes de guerre ». L’Observatoire pour la protection des défenseurs des droits de l’Homme (FIDH-OMCT) espère que cette arrestation contribuera à relancer la procédure judiciaire dans l’affaire Chebeya / Bazana, afin que tous les responsables soient identifiés, jugés et sanctionnés.

Alors que depuis dix ans, seule une parodie de justice a été rendue dans le procès des assassins présumés du défenseur des droits humains Floribert Chebeya et de la disparition de son chauffeur Fidèle Bazana, l’arrestation de Christian Ngoy constitue une occasion importante de relancer cette affaire judiciaire.

Christian Ngoy était en fuite depuis le double assassinat, et circulait en toute liberté dans le sud de la RDC bien que condamné lors du procès en première instance en 2011. Un autre fugitif, l’ancien policier Jacques Mugabo, avait lui aussi été condamné en 2011 et n’a pour l’heure toujours pas été inquiété. Tous deux sont proches du Général John Numbi Banza Tambo, considéré comme le commanditaire de ces actes, et qui n’a pour sa part jamais été poursuivi. Le Général Numbi était, à l’époque des faits, Inspecteur général de la police et est aujourd’hui Inspecteur général de l’armée congolaise et sous sanctions de l’Union européenne depuis 2016 pour son rôle présumé dans des atteintes à la démocratie et au processus électoral en RDC.

« L’arrestation de Christian Ngoy constitue un espoir pour la justice et la vérité concernant l’assassinat de Floribert Chebeya et la disparition de Fidèle Bazana en RDC. Il est désormais temps d’identifier, d’arrêter, de juger et de sanctionner l’ensemble des responsables impliqués dans cette affaire, en particulier le général John Numbi, suspecté d’être le commanditaire des crimes » , a déclaré Alice Mogwe, présidente de la FIDH.

Lire tout l'article sur actu30.cd

Serait-ce le début de la fin de l'impunité des criminels en uniforme ?