2. nov., 2020

Deux journalistes violentés par des agents de la DGM à Goma

Les abus des droits humains commis par les FARDC et la PNC ne suffisent pas, voilà que des agents de la DGM veulent également appartenir aux rangs des uniformés qui maltraitent les citoyens congolais. Lisez le témoignage d'un des deux journalistes:

Le samedi matin 31 octobre 2020, moi et mon collègue Pascal Mugaruka, membres d'une association belge Afrikin, nous avons pris le bateau Ihusi au port de Goma pour nous rendre à l'île d'Idjwi en province du Sud-Kivu. A Idjwi, nous avons travaillé toute la journée de samedi et le matin du dimanche 1 novembre 2020 nous avons pris un autre bateau appelé Safika pour retourner dans la ville de Goma.

Quand nous sommes arrivés au port vers 15h 50 heure locale, trois agents de la Direction générale de migration DGM dont un certain Nicolas et un certain Kambale, et une fille dont j'ignore le nom, nous ont demandé nos pièces d'identité (« Donnez vos cartes, les journalistes ne peuvent pas nous faire peur. »)  Nous les leur avons données et puis ils ont saisi toutes les pièces dont la carte de service de journaliste CongoForum, le permis de conduire de mon collègue Pascal et après ils ont gardé cela dans la poche.

« Nous gardons toute vos pièces d'identité car vous ne les avez pas données vite, par conséquent vous devez partir sans carte ».

Quand je voulais réclamer mes pièces d'identité, ils m'ont directement giflé et m’ont jeté sur le bateau, ce qui m'a fortement blessé au niveau de la tête, aux doigts et aussi mon bras droit a subi un choc grave. Ils ont aussi attaqué mon collègue qui a été blessé au niveau des doigts. Quelques minutes après, les passagers qui étaient à bord du bateau avec nous, sont venus nous aider car ces agents de la DGM étaient très déterminés à nous faire du mal, alors que certains d'entre eux n'avaient ni badges ni uniformes.

Nous avons perdu nos biens, entre autres mon disque dur, mon téléphone de travail, ma carte d'électeur et Pascal a perdu sa montre et ses documents.

Après l'incident, je suis allé à l'hôpital où j’ai été soigné et après le matin de ce lundi, nous sommes allés avec notre ami avocat à la DGM et jusqu'à présent nous ne sommes pas reçus par le responsable de la DGM, ni par les bourreaux qui nous ont agressés violemment. C’est pourquoi je suis en train de demander aux organisations internationales de m'aider à faire une alerte au niveau de Kinshasa et partout au monde pour que justice soit rendue pour nous car moi je suis trop touché par cette affaire.

Paulin Munyagala
Journaliste CongoForum

munyagala.paulin@gmail.com
+243 993003993