12. août, 2021

Etat de siège: la société civile de Rutshuru déplore la multiplicité des tracasseries militaires

Le nombre de voix qui s'élèvent contre une mauvaise compréhension de l'état de siège ne fait que se multiplier. Ce que nous avions prédit il y a trois mois, se confirme: le problème de l'insécurité ne fait que s'aggraver, parce que cela joue dans les intérêts des militaires! Ceux-ci se frottent les mains, qui sont maintenant libres à ériger n'importe quelle barrière, exiger n'importe quelle taxe, n'importe quelle rançon, demander n'importe quel payement pour une protection en convoi. 

Si l'état de siège n'est pas rapidement aboli, notre armée sera devenue un état dans l'Etat, et là nous n'avons pas encore vu jusqu'ou la situation peut se déteriorer!

Lisez l'article sur rtvh.net:

La coordination territoriale de la société civile de Rutshuru, en province du Nord-Kivu, dénonce la multiplicité des cas de tracasseries militaires. Elle appelle également la justice militaire à faire correctement son travail en cette période de l’état de siège.

Se confiant à rtvh.net ce mercredi 11 Août 2021, le Président des forces vives du territoire de Rutshuru condamne ce qu’il qualifie d’immixtion de la justice militaire dans des dossiers  qui ne rentrent pas dans ses attributions. Par la même occasion, Jean-Claude Bambanze déplore la multiplicité des cas d’insécurité et de tracasseries militaires dans cette partie de la province du Nord-Kivu, en cette période de l’état de siège.

« Nous pensons qu’il est grand temps que la justice fasse bien son travail. Sanctionner les coupables, sanctionner les criminels sans complaisance. Mais également, ne pas se saisir des dossiers qui ne sont pas pénaux. On est en train de voir la justice militaire s’impliquer dans des dossiers qui sont très bénins pour seulement rançonner la population. Cette situation nous fait très mal en tant que société civile. Il  y a aussi certains militaires qui continuent à se livrer à des tracasseries sous la couverture de l’état de siège. Pour nous la société civile, pensons que les choses doivent-être recadrées afin qu’on applique l’état de siège comme il se doit », a déclaré Jean-Claude Bambanze,  Président de la société civile coordination territoriale de Rutshuru.