3. févr., 2022

Un général embarrassé par le comportement des agents de la PNC, peut-il le changer ?

Un général tonne : « Vous êtes responsables de certains embouteillages. Vous ne faites que truander les usagers de la route. Certains se soûlent pendant les heures de service après avoir truandé les chauffeurs. C’est une honte pour notre corps, d’autant plus que vos exploits sont partout commentés. Évitez les tracasseries. Soyez courtois. Lorsqu’un usager de la route commet une infraction, faites-lui des reproches tout en respectant la dignité humaine ».

Ces propos, aussi secs qu’ils soient, sont du général Dieudonné Amuli, commissaire divisionnaire principal de la PNC. Il admonestait, le 25 janvier 2022, les éléments de la police peu avant d’assister à une parade dans la capitale. Les observateurs présents à la cérémonie ainsi que les téléspectateurs n’ont pas manqué de noter, avec une malicieuse satisfaction, qu’une bonne partie de la remontrance s’adressait particulièrement à la police en charge de la circulation routière, la fameuse PCR.

L’opinion peut s’interroger sur l’opportunité de ce coup de gueule. La question qui s’en suit est de savoir comment les «brebis galeuses» de la PNC ont pris ce reproche public. Et, pour clore, la moralisation du 25 janvier pourrait-elle induire le changement de comportement ?

Lire tout l'article sur lepotentiel.cd