20. févr., 2022

Victoire ou échec? Tout dépend de l'angle de vue.

Votre attention a-t-elle aussi été tirée par ce title ronflant? "Une autre victoire dans l’actif de l’armée, 8 ADF tués sous le commandement du général Mugisa". 

Ce n'est qu'en lisant l'article même qu'on constate qu'en plus de ces ADF, deux civils ont été tués. Comme si la mort des civils ne vaut pas une mention dans le titre.

Consultant d'autres sources sur le même incident, on apprend qu'en plus des 8 ADF, revendiqués par l'armée, 5 autres personnes sont mortes, au lieu de deux, dont un soldat FARDC. Et les mêmes ADF, après l'embuscade ont attaqué des villages et enlevé quatorze personnes, une autre a été tuée, et des maisons incendiées.

Alors, est-ce une victoire?

Une chose est certaine, la riposte a évité que davantage de victimes ne tombent dans cette embuscade. La première source parle de "la grandeur de frappe militaire FARDC". La deuxième mentionne plutôt que "les casques bleus sud-africains de la MONUSCO, au côté des FARDC, ont riposté et réussi à repousser cette attaque".

De telles contradictions peuvent encore s'expliquer par la distance entre le média qui publie et le pouvoir. Plus le média est proche, plus il doit donner écho aux positions du pouvoir et sacrifier son indépendance. Mais en quoi est-ce qu'on peut appeler cela une victoire? Peut-on appeler cela normal que 9 mois et demi d'état de siège n'ont pas suffi pour sécuriser la seule route nationale nord-sud dans les deux provinces sous état de siège? N'était-ce pas la mission principale de l'état de siège, que de protéger la population, l'économie et la nation contre ces assaillants sanguinaires? Est-il normal qu'après tout ce temps, la route nationale continue à subir des incidents sanglants? Peut-on se réjouir que l'armée est toujours en train de perdre son temps avec des escortes militaires, alors que la souche de toute cette insécurité aurait dû être éradiquée depuis des mois déjà?

Si dix mois ne permettent pas d'atteindre l'objectif fixé, vingt mois ni trente mois n'y parviendront pas non plus. Tout ce qu'on atteindra, c'est que les incidents continueront sans relâche, l'état de siège sera reconfirmé encore et encore, et la population de ces deux provinces très peuplées ne seront pas autorisées à participer aux élections de 2023, une fois de plus. Ou serait-ce justement cela qu'on cherche à atteindre?, se demande la population de l'Est.

Pour nous, le mot 'victoire' est très mal choisi, aussi longtemps que nous les Congolais, nous continuons à mourir. Nous allons célébrer la victoire, le jour où les ADF/MTM/XYZ auront disparu de notre beau pays, que l'Etat congolais civil regagne contrôle de l'entièreté de notre territoire national et que la gestion de la chose publique soit faite de façon transparente et inclusive. En attendant, chaque mort inutile, chaque camion incendié, chaque embuscade ne peut être appelé qu'un échéc.