21. mars, 2022

Tracasseries routières à Kinshasa: rien n'a changé

Voilà un bel exemple de comment fonctionne notre pays:

Un général se fâche contre la Police de la circulation routière, qui cause des embouteillages avec ses tracasseries inutiles. Le discours est bien diffusé dans les médias, mais un mois plus tard, rien n'a changé.

Il suffit de faire le tour des points chauds de la Capitale pour se rendre compte de la persistance de cette tracasserie entretenue par certains éléments de la Police routière commis à la régulation de la circulation routière.

A Delvaux par exemple, sur la Route Matadi vers le tronçon Laloux-Kin Marché, il ne se passe pas une minute sans qu’un usager ne soit interpellé.

Des interpellations qui aboutissent à des payements des frais non réglementés, lesquels atterrissent dans des poches des agents pour se les partager en cas d’une grosse moisson. Un acte que beaucoup qualifient de corruption, mais qui ne gène pas les récalcitrants à récidiver.

Lire tout l'article sur depeche.cd

Les policiers font le contraire de ce que leurs autorités demandent de faire. Et je parie, en y regardant de plus près, que parmi ces autorités il y en a pas mal qui obligent leurs policiers à le faire, pour partager une partie du butin avec eux, en échange de leur impunité.

Comment ce pays sortira-t-il un jour de ce poto poto?