1. avr., 2022

Les violations des droits humains par les agents de l'Etat ont augmenté de près de 4% en moyenne

Attention avec l'interprétation des chiffres!

Le BCNUDH et les médias rapportent l'évolution des violations des droits humains en RDC en ces termes: les agents de l’Etat sont responsables de 253 violations, soit 39% des violations documentées en février 2022. Ce nombre représente une diminution de 6% par rapport aux 270 violations enregistrées au mois de janvier 2022.

Est-ce vrai?

Si nous tenons compte du fait que janvier compte 31 jours et février seulement 28, nous trouvons en moyenne 8,7 violations par jour en janvier et 9 violations par jour en février, soit une augmentation de près de 4% au lieu d'une baisse de 6%!

En plus, si les agents de la Police nationale congolaise et les militaires des FARDC ont commis près de 39% du total des violations documentées en février contre 44% en janvier, cela n'est pas le résultat d'une baisse des violations par les hommes en uniformes, mais plutôt d'une augmentation des cas commis par les groupes armés.

La situation sous état de siège continue donc à s'empirer. Ceux qui ne voient pas cela et qui croient toujours que l'Etat de siège apporte des solutions, se trompent donc amèrement.