13. mai, 2022

Président Tshisekedi reconnaît le rôle pervers des FARDC et PNC

"Notre armée y est pour quelque chose dans ce qui se passe dans l'est, notre police qui favorise parfois certaines choses qui amènent l'insécurité et bien d'autres choses à cause de sa complicité (...)", à Abidjan, Félix Tshisekedi a évoqué des réformes qu’il compte initier.

Voir le tweet de Stanis Tshiamala

L'état de siège avait comme objectif d'arrêter ces pratiques et de ramener la sécurité dans notre pays. Le président a investi beaucoup de moyens de l'état pour financer l'état de siège qui est resté sans résultats. Le président reconnaît maintenant l'échec de son approche. Au moins il est sincère. Mais il devrait reconnaître aussi l'échec de sa présidence. C'est ce que font les dirigeants dans un état de droit, concept dont il dit toujours qu'il y tient beaucoup. Dans un état de droit, le président qui échoue sa mission, démissionne. Qu'il décide selon ses paroles et laisse la place à un président plus compétent capable de résoudre ce problème-clé de notre pays.