29. sept., 2022

Accusations d’empoisonnement et de haute trahison : sale temps pour les FARDC

En l’espace de quelques jours, deux scabreuses affaires éclaboussent les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) dans le Nord-Kivu. Elles portent sur des accusations d’empoisonnement et de haute trahison et impliquent deux haut gradés.

Le premier, le Colonel Kahombo Rambo Augustin, commandant Bn QG 34 Rm, est accusé d’empoisonnement du feu Général de brigade Tshinkobo Mulamba Ghislain, commandant de la 34 ème région (Nord-Kivu), décédé à Goma le 16 août 2022, de suite d’un accident vasculo-cérébral.

D’après une note de la direction de renseignements de la 34 région militaire, l’autopsie sur la dépouille du feu Général de Brigade Tshinkobo Mulamba Ghislain a révélé qu’il était victime d’un empoisonnement.

L’inculpé, le Colonel Kahombo Rambo Augustin, a été transféré à l’auditorat militaire supérieur près la Cour militaire du Nord-Kivu.

Le deuxième dossier concerne le lieutenant général Philémon Yav, commandant de la 3 ème zone de défense des FARDC et des opérations de l’armée loyale contre les groupes armés dont le M23 au Nord-Kivu.

Responsable du commandement des cinq provinces, à savoir le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, l’Ituri, le Maniema et la Tshopo, il est accusé de haute trahison. Aux dernières nouvelles, il aurait été transféré, lundi 19 septembre 2022, à la raison centrale de Makala, à Kinshasa.

Voir l'article original sur mediacongo.net