18. oct., 2022

2 officiers FARDC poursuivis en justice pour l'occupation de Bunagana par les M23

Lors des audiences devant la Cour militaire du Nord-Kivu, le ministère public a accusé les deux colonels des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) d’avoir occasionné la chute de Bunagana par leur fuite alors qu’ils dirigeaient les opérations dans cette partie du pays.

Les colonels Désiré Lobo et Jean-Marie Diadia wa Diadia, respectivement commandants de la 3 412 et 3.307èmes régiments, sont poursuivis notamment pour « fuite devant l’ennemi ». Ces officiers sont poursuivis pour leur responsabilité dans la chute de la cité de Bunagana, dans le territoire de Rutshuru, occupé depuis le 13 juin 2022 par les « terroristes » du Mouvement du 23 mars (M23).

Selon le ministère public, les deux prévenus dirigeaient les opérations militaires lors de la chute de cette cité stratégique. Ils combattaient contre le M23 appui par l’armée rwandaise, selon le gouvernement, dans la région de Tchengerero et Bunagana. L’organe de la loi accuse aussi ces militaires d’avoir abandonné les armes et munitions sur le théâtre des opérations et avoir violé des consignes. Ils sont aussi poursuivis pour détournement des deniers publics.

Voir l'article sur digitalcongo.net

Quand on y réfléchit un peu, on se pose quand-même des questions:

  • la première priorité maintenant ne devrait-elle pas être la reconquête de Bunagana pour restaurer l'intégrité territoriale de la RDC? Une telle action ne détourne-t-elle pas l'attention de l'occupation étrangère? Est-ce vraiment le moment pour ce genre de procès?
  • doit-on personaliser la responsabilité de l'échec de Bunagana, ou est-ce une responsabilité partagée entre les FARDC et l'Etat congolais?
  • ailleurs au monde, les responsabilités individuelles de certains militaires sont établis après la fin du conflit. C'est à ce moment qu'on a le temps de rendre justice. En le faisant maintenant, c'est comme si la RDC considère la situation actuelle comme étant la fin de la guerre et accepte la perte de Bunagana. Cela donne un mauvais signal!
  • il y a lieu de se demander dans quelle mesure l'état de siège a contribué à ces aberrations graves, y compris le détournement des deniers publics. Nos autorités auront-elles un jour le courage de faire une évaluation à fond de l'état de siège? Ou continueront-elles à viser les individus au lieu du système?