5. nov., 2022

JED recense 124 cas d’attaques diverses contre les journalistes et les médias en 2022

L’Organisation non gouvernementale de défense de droits des journalistes JED (Journalistes en danger) a recensé 124 cas d’attaques diverses contre les journalistes et les médias durant l’année 2022. Il s’agit de : 49 journalistes menacés ; 37 journalistes arrêtés ; 18 journalistes agressés ; 17 radios ou émissions interdites; 2 journalistes enlevés et 1 journaliste tué.

Ces statistiques ont été révélées par JED à l’occasion de la célébration de la journée mondiale contre l’impunité des crimes commis contre les journalistes. Une commémoration organisée le 2 novembre de chaque année.

En effet, ces chiffres sont nettement en hausse comparativement à l’année de 2021 où JED avait dénombré 110 cas et 116 cas en 2020.

Cette hausse s'explique par la reprise des affrontements à l’Est du pays entre les Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) et la rébellion du M23. Depuis lors, la tension est montée de plusieurs crans, ainsi que la pression exercée sur les médias.

Selon JED, plusieurs facteurs mettent en mal la liberté de l’information en République Démocratique du Congo (RDC). Il s’agit entre autres de l’environnement politique et sécuritaire marqué par des conflits armés à l’Est du pays ; l’existence d’une loi sur la presse répressive et vieille de plus de deux décennies qui criminalise les délits de presse et prévoit des lourdes peines d’emprisonnement des journalistes; de la multiplication des cas d’abus de pouvoir des personnes qui détiennent une parcelle de pouvoir et qui se vengent des journalistes ou des médias qui les dérangent en toute impunité.

« Cette année encore, comme des années antérieures, des journalistes ont été pris pour cibles dans l’exercice de leurs métiers : agressions verbales ou physiques, menaces, dégradations de leurs matériels de travail lors des reportages, stigmatisation des journalistes lors des déclarations politiques ou dans les réseaux sociaux… Tel est devenu le quotidien des hommes et des femmes des médias en provinces tout comme dans la capitale, Kinshasa. », souligne le rapport de JED.

Lire l'article sur zoom-eco.net

Dans bon nombre de cas, nos hommes en uniforme ont été instrumentalisés pour museler la presse, selon le principe 'un ordre est un ordre'.