Nouvelles

3. mai, 2019

13 ans révolu, une fille a été violée par les présumés militaires FARDC incontrôlés mais identifiable indique maître Saidi Balikwisha, élu du Territoire de Beni.

Tellement blessée la victime de violence sexuelle a succombé de ses blessures au niveau de l'organe génital. Elle a été abandonnée sur le lieu du crime.

L'élu de Beni précise que les militaires incontrôlés FARDC sont les auteurs de ces actes.

Le fait s'est passé à Vihyo sur l'autre rive de la rivière Mwalika ce mercredi en chefferie de Bashu. Comme si cela ne suffisait pas, une autre femme a été criblée de balles par les mêmes militaires à cœur joie, elle est décédée sur place, ajoute Me Saidi Balikwish, a élu de Beni.

La population demande le remplacement de l’unité déployée dans cette partie du Territoire de Beni qui s’est distinguée dans les cas des violences sexuelles et assassinats, situation qui renforce la souffrance de cette population cultivatrice.

C'est inacceptable, ce comportement, déclare le commandant des opérations Sukula I, le Général Major Marcel Mbangu, qui indique que justice sera faite. Il précise que la mission de l'armée, en plus de la défense du Territoire National, est de protéger la population et ses biens. Pas le contraire.

Lire tout l'article sur LibreGrandsLacs.com

3. mai, 2019

Le président nommé Tshisekedi a beau dire qu'il va déboulonner le système en place et faire respecter les droits humains, la réalité de tous les jours démontre que c'est le contraire qui arrive. En Ituri, 3 journalistes couvraient une réunion des agents de la division des transports et communication, quand une dizaine de policiers ont surgi pour les arrêter. Ils ont été battus, menottés et conduits au commissariat de la PNC avant de voir certains de leur matériels extorqués.

Le média en ligne buniaactualite.com basé à Bunia en Ituri suspend, en guise de protestation, la diffusion de toutes les informations relatives à la police nationale congolaise dans cette partie du pays, une décision contenue dans un communiqué de presse rendu public ce 1er mai.

Lire tout sur buniaactualite.com

 

21. avr., 2019

L'attaque sur l'hôpital de l'Universite Catholique du Graben et l'assassinat du Dr. Richard Mouzoko ont inspiré la mairie de la ville à augmenter la présence d'hommes en uniforme. L'intention est bonne, mais les effets sont médiocres.

Les agents de l'ordre deployés pour la securité tracassent la paisible population. Un homme qui se rendait au champ l'avant-midi de ce dimanche est aux arrets à l'entrée des cliniques. Les agents de l'ordre exigent 30 $ pour son relâchement. Ils l'accusent d'être lié aux rebelles qui ont attaqué cettre structure sanitaire ce vendredi saint. Une altercation a eu lieu ce dimanche de Pâques à 14h entre les familiers de la personne arretée et les elements de l'ordre.

Ils ne sont même pas capables de se comporter comme ils le devraient pour honorer la pauvre victime de nos bêtises congolaises .

21. avr., 2019

Presque 130 compatriotes ont trouvé la mort sur le Lac Kivu seulement parce que un officier de la Force Navale, appelé Bahati, pensait qu'il pouvait faire fi de tous les règlements et prendre des décisions à sa guise, et sans doute aussi remplir ses poches sur le dos des victimes.

Voilà ce qui arrive dans un pays où l'Etat n'existe pas. Le Président en a été choqué et a promis des mesures exemplaires. Ceci n'est pas un cas isolé. C'est pareil partout au Congo, mais Tshisekedi ne semble pas en être conscient. S'il veut vraiment changer le dysfonctionnement des services étatiques, il aura du pain sur la planche!!

Lire tout l'article sur habarircd.net

17. avr., 2019

Ceux qui se demandent où les maï maï trouvent leurs armes en connaissent maintenant une des sources: nos hommes en uniformes s'enivrent et perdent tout contrôle sur leurs armes. Pour les maï maï il devient maintenant facile de la récupérer. C'est comme cueillir un fruit mûr, ça ne demande aucun effort particulier. Et bien entendu, le policier en question, courageux comme d'habitude, s'est volatilisé dans la nature.

Que cela s'est passé devant la résidence de l'ancien gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, est évidemment aussi hautement symbolique: les faiblesses de l'Etat se situent dans ses noyaux majeurs.

Lire tout l'article sur actualité.cd