Nouvelles

22. sept., 2022

Un policier du nom de Muhundo Makelele de l’unité « police de police » a voulu se tuer par balle lundi 19 septembre 2022 au quartier Katanga en commune de Kadutu, dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu.

Tout a commencé par une dispute entre ce policier et son père biologique, c’est ainsi qu’il s’est énervé et a tiré sur son père, la balle a raté et son père est tombé par terre. Croyant que son père est mort, il a tourné le canon de son arme vers lui pour se tuer et la balle a blessé ses deux mâchoires.

Ce policier a été acheminé à l’hôpital général de référence de Bukavu où il poursuit avec les soins. La nouvelle dynamique de la société civile, NDSCI commune de Kadutu condamne ce comportement affiché par cet agent de service de l’ordre.

« Nos policiers et militaires doivent changer des comportements et les autorités en ont une part de responsabilité, pas plus tard que la semaine passée un motard a été tué également par un militaire ce qui est déplorable » a dit Patrick Munguakonkwa PC , président de la NDSCI Kadutu.

Notre personne ressource alerte également sur le comportement des policiers en patrouille qui rançonnent les passagers qui rentrent avec retard à la maison, les boutiques, kiosques et plusieurs autres maisons de commerce sur toute l’étendue de la commune de Kadutu sont des cibles de leurs actes de tracasseries.

Voir l'article original sur rtr-beni.net

20. sept., 2022

Un militaire des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) a tabassé un enseignant de l’institut Kisima situé à kiziba 2, groupement Mudja, en territoire de Nyiragongo, province du Nord-Kivu dans l’Est de la RD Congo.

Selon Mambo Kawaya président de la société civile forces vives de ce territoire qui livre la nouvelle à la rédaction de la rtr-beni.net, le péché de cet enseignant est d’avoir refoulé l’enfant de ce militaire pour insolvabilité. Le fait s’est passé dans l’une de salles des classes de l’école ci-haut citée mardi 20 septembre 2022. L’enseignant est admis dans une structure sanitaire de la place.

Notre source confirme que l’auteur de l’acte portait sa tenue militaire en possession de son arme du type AK47. Entretemps, cette violation a perturbé les cours car d’un côté les élèves ont voulu intervenir pour leur enseignant et l’autre côté l’épouse de ce militaire est venue aussi soutenir son mari. La police Nationale Congolaise (PNC) y est aussi arrivée pour la même cause.

C’est ainsi que, la société civile territoire de Nyiragongo s’insurge contre l’incursion de cet agent de l’ordre et condamne avec la dernière désolation ce comportement affiché.

Voir l'article original sur rtr-beni.net

18. sept., 2022

Samedi, 17 septembre 2022 - À Biakato, chef-lieu de la chefferie Babila-Babombi dans le territoire de Mambasa en Ituri, certains éléments des forces armées congolaises sont accusés de tracasser la paisible population le jour comme la nuit.

Les sources sur place indiquent que ces militaires nouvellement déployés dans la zone se livrent aux intimidations et extorquent les biens des habitants.

“Les militaires nouvellement déployés à Biakato se livrent aux actes de tracasseries des habitants. Des téléphones et d’autres biens sont emportés en pleine journée par ces militaires incontrôlés. Parfois, ils entrent dans un restaurant pour manger et repartent sans honorer la facture. Au delà de cela, Ces éléments indisciplinés des FARDC passent à tabac les habitants de Biakato sans aucune infraction, vraiment c’est catastrophique”, témoigne Joël Kambale Muyahudi, défenseur des droits humains de la place.

Lire tout l'article sur okapinews.net

15. sept., 2022

Une femme d’environ 30 ans a été violée par un élément soupçonné militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) à Njiapanda-Manguredjipa dans le groupement Manzia en territoire de Lubero (Nord-Kivu). Le fait a vécu au quartier de l’Eglise situé au centre de Njiapanda, la nuit du mardi au mercredi 14 septembre 2022.

« La victime a été violée par un élément loyaliste non loin d’un débit de boisson », confient les sources qui se sont confiées à RADIOMOTO.NET.

Il sied de noter qu’une semaine après leur arrivée dans cette agglomération, les éléments loyalistes sont accusés de tracasser les habitants au quartier Masuapepo, situé à quelques mètres de leur campement. Là-bas, chaque passant était contraint de payer une somme fixée par les tracassiers. Des habitants qui se sont confiés à RADIOMOTO.NET déplorent ce comportement des éléments envoyés pourtant pour sécuriser la population.

Nos efforts pour contacter le commandant des Forces armées de la République démocratique du Congo n’ont pas payé jusqu’à la diffusion de cette information.

Voir l'article original sur radiomoto.net

14. sept., 2022

Deux jeunes amoureux dont une fille et un garçon ont été tués dans la nuit de lundi à ce mardi 13 septembre 2022 lors d’un échange de tirs entre deux groupes des éléments FARDC.

L’échange de tirs s’est produit entre un élément de l’auditorat militaire qui selon la société civile forces vives de Nyiragongo était dans les actes de rançonement de la population à Kiziba et les éléments de la Police Militaire (PM) qui sont venus intervenir pour mettre fin à cet acte jugé déshonorant de leur confrère.

« Aux environs de 21h, il y a eu crépitement de plusieurs coups de balle tirée par des éléments incontrôlés des forces armées de la République démocratique du Congo notamment un qui serait affecté à l’auditorat militaire du gradé de lieutenant qui tracassait la population pendant ces heures tardives. Il y a eu intervention urgente de la PM malheureusement lorsqu’ils voulaient maîtriser leur collègue qui tracassait la population, leur compagnie a ouvert le feu sur ces militaires et ce qui a poussé à ces échanges des tirs s’en est suivie malheureusement deux blessés du côté civile. Ce sont deux jeunes qui était dans un coin entrain de se parler mais atteint par des balles perdues », a témoigné Mambo Kawaya président de la société civile forces vives de Nyiragongo.

Et de préciser :

» L’événement a eu lieu à Kiziba dans le Nyiragongo à la limite avec Goma. Les deux jeunes étaient tous de Goma malheureusement on apprend qu’ils viennent de rendre l’âme à l’hôpital où ils ont été dépêchés »

Lire l'article entier dans lesvolcansnews.net