Nouvelles

6. août, 2019

Le député Jean Manda Kansabala, élu de la circonscription de Moba a dénoncé jeudi 25 juillet des cas de tracasseries policières et militaires sur les différents axes routiers de ce territoire de Tanganyika.

« J’ai constaté plusieurs barrières illégales (érigées par la) PCR (Police de circulation routière) et l’armée, qui perçoivent de l’argent. Sur l’axe Moba-Mwanza-Kabwela-Kamena, axe Kirungu-Kasenga-Pepa, j’ai parlé avec les policiers qui ont reconnu (qu’ils étaient) ‘en train de demander un petit rien de 3000 francs congolais », a témoigné Jean Manda Kansabala, après deux semaines de vacances parlementaires dans son fief électoral. 

Les militaires aussi exigent 500 francs pour le passage de chaque voyageur en vélo. 

« La population, elle peut sortir le matin - pour rentrer à la maison - il faut qu’elle dépense les 4 000 francs chez les policiers, les 500 francs aller et retour chez les militaires, ça fait 1000 francs ; donc, au moins 5 000 francs par jour», a détaillé le député.  

Lire l'article original sur Radio Okapi

6. août, 2019

Une jeune fille a été tuée par balle la nuit du samedi 03 Aout au dimanche 04 Aout 2019 au quartier Masosi en commune rurale d’Oicha, cellule Kazimoto.

Selon les sources sur place de membres de la Convention pour le Respect des droits humains CRDH en sigle, cette fille a été tuée aux environs de 20h à 21h par un agent de l’ordre qui a perdu le contrôle alors qu’il a le devoir de protéger les habitants et leurs biens.

La victime répondant au nom de Gentille a été conduit à l’hôpital le plus proche pour qu’elle soit soignée, malheureusement elle a succombé quelques heures plus tard.

D'après le personnel soignant de cette structure sanitaire, la victime aurait reçu 4 balles dans la tête.

Lire tout l'article sur crdh-drc.org

Nous espérons que justice sera faite et qu'un tel monstre, qui tourne les armes de l'Etat contre des victimes innocentes, sera privé de sa liberté pour le restant de sa vie.

21. juil., 2019

A Eringeti, localité située à 54kms de la ville de Beni, Nord-Kivu, trois personnes, parmi elles le chef de la localité du nom de Amundala, ont été tuées par des hommes armés non autrement identifiés.

Les malfrats porteurs d’armes à feu ont signé le forfait pendant que les habitants circulaient encore dans les diffentes avenues. Ils ont crépité 6 coups de balles.

A part le chef de la localité tué,deux autres qui étaient des commerçants, Didi revendeur des unités et maman Samy revendeuse des tomates tous de la place ont été tués.

La tension est restée vive dans la localité toute la nuit de samedi où la population ne parvient pas à comprendre cet acte car dit-elle, les éléments FARDC sont nombreux dans la région a dit Baraka Bin bienfait président des forces vives groupement de Banande-kainama.

Ce dimanche matin les activités sont paralysées où les jeunes sont descendus dans la rue pour protester après la mort de ces civils.

La route nationale numéro 4 est bloquée, pas de passage aux véhicules qui sont bloqués de part et d’autres.

Voir article sur congosynthèse.com

Une source locale à Eringeti nous a fait comprendre qu'il n' y avait pas eu incursion des ADF, comme certains le disaient. C'est plutôt un militaire ivre qui est l'auteur de l'assassinat de ces trois personnes dont le chef Amundala et deux membres de sa famille. Le fait s'est déroulé juste dans sa parcelle hier tard dans la soirée aux environs des 21 heure,s heure locale. Espérons que justice sera faite.

18. juil., 2019

La nouvelle société civile du territoire de Rutshuru vient encore une fois d'alerter sur les cas répétitifs de tracasseries des civils entretenus par les éléments des Forces armées de la RDC sur la route Goma - Rutshuru et sur les tronçons Kiwanja PK 17.

Dans une interview accordée mardi 16 juillet à Goma, le président de cette structure citoyenne a révélé qu'à chaque position des militaires, les taximan motos et certains passagers sont soumis à un payement d’une taxe 200fc.

Cette structure citoyenne demande à la hiérarchie militaire de rappeler ses éléments à l'ordre afin que les usagers de ces axes travaillent en toute quiétude.

17. juil., 2019

Un député provincial en connivence avec 9 militaires pour assassiner un chinois et voler son or, ça doit être la RDC. En effet, quand des membres de deux institutions d'une importance majeure pour la démocratie dans notre pays, la députation provinciale et les FARDC, forment une association de malfaiteurs, cela devient plus qu'un crime: c'est aussi un indicateur éloquent de la faiblesse de nos institutions.

Heureusement que la cour militaire a compris l'importance de faire justice et de ne pas se faire corrompre avec l'or retrouvé. Il y a encore de l'espoir qu'un jour toutes nos institutions reviendront dans le droit chemin. Même si la route sera sans aucun doute encore longue et sinueuse.

Lire tout l'article sur politico.cd