Nouvelles

1. janv., 2021

La société civile du territoire de Nyiragongo, Nord-Kivu, s’insurge contre les tracasseries dont sont victimes les populations du groupement RUSAYO de la part des certains éléments FARDC. Son président parle d’actes de violation des droits de l’homme perpétrés par ces hommes en uniforme sur les habitants depuis leur déploiement sur place. MAMBO KAWAYA loue la démarche initiée par les autorités dans la lutte contre l’insécurité en cette période des fêtes de fin d’année. Cependant, il regrette qu’au lieu que certains de ces éléments sécurisent la population, ces derniers s’illustrent par des actes d’extorsion des biens des citoyens. Il plaide pour une bonne prise en charge de l’unité déployée dans le territoire de Nyiragongo en vue de mettre fin à ces dérapages.

Entendu sur Radio Pole FM

30. déc., 2020

Des tracasseries militaires sont dénoncées plusieurs fois par les usagers de la route Beni-Kasindi, dans le territoire de Beni, province du Nord-Kivu, dans l’Est de la RD Congo.

Des sommes allant de deux cents (200) à mille (1000) francs congolais sont perçues sans quittance par des militaires commis aux différentes barrières érigées sur cette route d’intérêt capital. Les victimes en majorité des taximen-motos et chauffeurs des voitures crient au secours des autorités compétentes pour mettre fin à cette pratique qualifiée d’illégale

Lire tout l'article sur charitenewsrdcongo.com

Evidemment cette pratique est appliquée un peu partout en RDC, mais ce qui la rend particulièrement nuisible ici, c'est que les militaires se donnent le droit de prélever une telle taxe illégale sous le prétexte de l'insécurité. Ils ont donc tout intérêt à ce que cette insécurité perdure, alor que leur mission principale devrait être de la combattre et l'éliminer.

Le Gouverneur de la province du Nord-Kivu a appelé la population à collaborer pleinement avec les FARDC dans sa lutte contre les présumés ADF. Comment voulez-vous que la population fasse confiance à des militaires qui profitent de l'insécurité pour les ponctionner? Si le Gouverneur est sérieux dans ses propos, il doit être conséquent et immédiatement trouver une solution à ce problème, faute de quoi il risque d'être entâché lui aussi par l'hypocrisie des FARDC.

26. déc., 2020

Un militaire des forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) a tiré à bout portant sur un civil en localité de Tenambo, territoire de Beni, dans la province du Nord-Kivu.

Le fait s’est passé la soirée du mercredi 23 décembre. Jusqu’à présent, les causes de ce meurtre ne sont pas encore connues.

Janvier Kasayiryo, rapporteur de la société civile en territoire de Beni informe que des jeunes on poursuivi le meurtrier mais ils n’ont pas pu l’arrêter.

Il appelle les autorités à s’impliquer dans ce dossier afin de mettre la main sur l’auteur de ce crime et qu’il soit mis devant les instances judiciaires.

Ce cas d’assassinat n’est pas le premier dans la région de Beni; des soldats loyalistes s’en prennent parfois aux civils pour diverses raisons notamment des conflits conjugaux.

Lire l'article original sur actu7.cd

26. déc., 2020

La scène s’est déroulée vendredi 25 décembre 2020, aux alentours de 14 heures à Nyiragongo dans la province du Nord-Kivu. Un policier a tiré à bout portant sur un militaire des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) qui est mort sur le champ.

Selon une organisation de la société civile locale, c’est dans un bistrot de la place que tout a commencé. « Les faits ont eu lieu à 14 heures de ce vendredi à Buhunda. Un militaire est arrivé dans un bistrot avec son arme. En plein bistrot, le militaire a commencé à se disputer avec une personne à l’intérieur, policier de son état, mais il était en tenue civile et sans arme. Tous deux étant ivres, ils ont commencé par se donner des coups avant d’en finir avec le tir », relate le président de ladite société civile, Janvier Sebwage.

Avant de récupérer le corps de leur collègue, les militaires ont, à leur tour, tabassé à mort le policier auteur de ce crime. Ils ont, par la suite, amené le corps de leur proche dans la localité de Buhunda pour inhumation.

Lire l'article original sur Okapinews.net

25. déc., 2020

Le président de la RD Congo, Félix Tshisekedi, a  mis en garde vendredi les forces de sécurité contre tout acte d'"indiscipline" et les a appelées à la patience quant au paiement de leurs soldes.

Des policiers ont récemment tiré en l'air pour réclamer leurs soldes impayées de décembre et janvier, selon des témoignages recueillis à Beni et Uvira (dans la région du Kivu, Est) mais également à Tshikapa et Mbuji-Mayi (dans le Kasaï, centre du pays).

Ces agents, qui ont ouvert le feu, font partie d'un groupe de militaires et policiers récemment sortis des centres d'instruction et déployés à travers le pays, selon un communiqué de la présidence signé jeudi et rendu public vendredi.

Le président "les informe que la somme relative à la solde (de) décembre 2018 et janvier 2019 est déjà disponible dans les banques et qu'ils vont être payés dès la semaine prochaine", indique le communiqué.

Mais il prévient "qu'il ne tolérera aucun acte d'indiscipline et condamne fermement l'attitude de certains policiers qui se sont permis de tirer des coups de feu pour réclamer le paiement de leur solde".

Lire tot l'article sur voaafrique.com

Gouverner c'est prévoir. L'importance pour tout Congolais salarié d'être payé avant les fêtes de fin d'année n'est un secret pour personne, certainement pas pour le Président de la République. Nous connaissons à l'avance les attitudes de nos hommes en uniformes, et sur ce point ils ont complètement raison. Pourquoi alors est-il si difficile d'assurer le paiment de la solde au plus tard le 23 décembre? Si organiser une chose aussi simple est déjà trop difficile pour le gouvernement, qu'en est-il de tous ces autres défis bien plus importants et plus complexes? Ce gouvernement est-il réellement capable de gouverner notre pays? En tout cas, ils nous font douter gravement à cause des incidents pareils...