Nouvelles

13. avr., 2021

Il est difficile à comprendre pourquoi pendant toutes ces années, le détournement des soldes des militaires des FARDC par les généraux a été tolérée. C'est évident que c'est une des raisons majeures du manque de motivation des militaires à se battre, notamment contre les ADF. C'est évident aussi que souvent cela ne laisse d'autres choix aux uniformés que d'obliger les civils à les nourrir, en érigeant des barrières et prélevant des taxes en nature ou argent, en pillant les boutiques quand l'occasion se présente, en forgeant des actions de contrebande avec les rebelles qu'ils sont sensés combattre...

C'est une bonne chose que l'Inspection générale des finances ait enfin lancé une enquête pour identifier les responsables des détournements. Quelle honte de savoir que les autorités militaires sont parmi ceux-là qui rendent l'armée impuissante! Il sera très important de les identifier nommément, de les juger publiquement, de les exclure pour toujours de l'armée et de saisir tous leurs biens mal acquis.

Nous sommes heureux de constater aussi que le Premier Ministre Sama Lukonde s’est décidé d’en faire son cheval de bataille. S'il en fait une priorité, un grand pas en avant aura été fait, et davantage de jeunes pourraient joindre l'armée pour éradiquer les ADF, protéger la population et rendre au métier de soldat tout l'estime qu'il devrait mériter dans un Etat performant.

12. avr., 2021

La ville de Beni au Nord-Kivu a été le théâtre des manifestations toute la semaine de lundi 5 à samedi 10 avril 2021 décrétées par les groupes de pression et mouvements citoyens ainsi que certaines autres organisations de la société civile pour réclamer le départ de la Mission de l'organisation des Nations unies en RDC (Monusco).

Les manifestations étaient parfois violemment réprimées par les Forces armées de la RDC qui renforçaient la police pour tenter de contenir les manifestants.

Si une femme est morte tuée par un militaire, plusieurs autres manifestants ont été blessés et des dizaines d'autres arrêtés. Les victimes étaient tabassées et leurs téléphones portables et argents extorqués par les forces de l'ordre. Elles ont également dispersé les manifestants non armés par des tirs des balles réelles. Une forte répression que certains analystes qualifient « d'usage disproportionné de force ».

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Nzanzu Kasivita Carly a appelé le vendredi les forces de l'ordre au professionnalisme et à la discipline. Les quatre coordinations de la société civile du grand Nord, à savoir la société civile de la ville et du territoire de Beni, de la ville de Butembo et du territoire de Lubero ont dénoncé les mêmes dérapages et appelé les autorités à s'impliquer.

Le samedi 10 avril, le conseil urbain de la jeunesse de Beni a exigé la démission du commandant de la police en ville de Beni, le colonel François Kabeya Makosa, qu'il soit déféré devant la justice pour les dérapages et les violations des droits de l'homme dans lesquels se sont illustré ses hommes  lors des répressions des manifestations.

Lire tout l'article sur mediacongo.net

11. avr., 2021

Le député national Kizerbo Watevwa s’insurge contre la répression d’une manière violente des manifestations anti-Monusco dans les différentes villes de la province du Nord-Kivu.

Dans un message exploité par ACTU24.CD ce vendredi 9 avril, cet élu de Beni fait savoir qu’il s’observe un délaissement total de la population par l’État congolais.

“l’ADF tué la population, la police et l’armée censées nous protéger semblent prendre la place des ADF en ville” a-t-il dit.

Tout en fustigeant les comportements de certains éléments de l’ordre lors de la dispersion des manifestations anti-Monusco, ce parlementaire condamne la tuerie le soir de ce vendredi à Beni d’une femme par un élément des FARDC.

“Cette femme morte par balle tirée par un militaire FARDC avait peut être peur de fréquenter un jour l’axe routier Beni-Kasindi, Beni-Oïcha et ailleurs, mais la balle l’a atteint au marché et son bébé blessé. C’est le fusil que nous congolais avons acheté par nos taxes et impôts pour traquer l’ennemie qui nous ôte la vie. La population de Beni a été au premier front d’alternance qui a conduit nombreux au pouvoir, ce n’est pas de cette façon qu’il faut lui dire merci” a-t-il regretté.

Dans un espace de trois jours, trois civils viennent d’être tués par des éléments soit de la police, soit des FARDC à Beni, Kasindi et à Butembo dans des manifestations anti-Monusco dans les deux villes.

Elias Aungama, à Goma

Voir l'article original sur ACTU24.CD

9. avr., 2021

La République démocratique du Congo, est-elle un Etat de droits? Fatshi avait promis que sous sa présidence, les manifestations seraient encadrées par la police. Est-ce ceci qu'il a voulu dire? Si ce n'est pas le cas, nous attendons les sanctions immédiates contre ces uniformés qui ne comprennent pas leur rôle.

7. avr., 2021

Quand des militaires profitent des tensions causées par les manifestations contre la MONUSCO pour dévaliser les commerçants de Kasindi, que sont-ils?

Effectivement: des voleurs-pilleurs!

La Radio-Télévision Rwanzururu décrit les incidents comme suit:

Des biens de la population ont été ravis par certains éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) lors d’une manifestation anti-MONUSCO ce Mercredi 7 Avril au poste frontalier de Kasindi, au Nord-Kivu.

Des habitants de Kasindi se sont farouchement opposés à la traversée des engins des Nations Unies de l’Ouganda vers la RDC.

Pour permettre à ces engins de traverser et prendre la destination de la ville de Beni, les éléments des forces armées de la RDC ont crépité plusieurs coups de balles. Dans la foulée, certains éléments se sont introduits dans des maisons de commerce pour piller les biens de la population, dénoncent les victimes.

« Des militaires se sont introduits par infraction dans ma boutique. Ils m’ont ravis une importante somme d’argent, avant de repartir dans la précipitation. Ils m’ont intimidé avec leurs armes », a dénoncé le tenancier de la boutique qui a préféré garder l’anonymat.

L’autre victime est un tenancier d’une cabine de charge téléphone. Elle indique que, les militaires Fardcy lui ont ravi une dizaine de téléphones de ses clients et une somme d’argent.

« Ces militaires sont brutalement entrés dans ma cabine. Tout en pointant l’arme sur moi, ils m’ont sommé de leur donner les téléphones de mes clients. Ils sont repartis avec 15 téléphones portables et tout l’argent que j’avais sur moi. Je ne sais pas combien. », s’est plainte cette autre victime dont l’anonymat a été gardé.

Notons que, une personne a été tuée par balle et une autre gravement blessée par balle au cours des altercations entre les éléments de la FARDC et les manifestants.